Persévérante et insaisissable Atlantide

Par l’équipe et les intervenants du Forum
Post Reply
User avatar
'ABD
Administrateur
Posts: 1506
Joined: 15 February 2014, 23:55

Persévérante et insaisissable Atlantide

Post by 'ABD » 16 March 2016, 17:02

Atlantide.

On se rappelle vaguement de ce que c'est, ou de ce que ça peut être...
Certainement un conte pour enfants...

Ou plus probablement un mythe raconté par nos antiques grecs... moins crédible qu'une histoire inventée puisque constituée de métaphores romançant une philosophie plus ou moins stoïque...
Et peut-on croire à une fin dite cataclysmique de cette "Atlantide" qui serait liée à nos réalités historiques éparses, alors que rien n'est officiellement établi ni même reconnu quant à ce que cela peut évoquer ?

A la manière "sherlockholmesque" et "hitchcockien" de Patrice Pooyard, ainsi qu'avec ses jeux d'ombres et de lumières encyclopédiques, nous allons devoir laisser de côté nos certitudes comme nos incertitudes, et nous emparer des faits ici et là pour les questionner, ET ainsi certifier les sages ou judicieuses réalités de nos méconnaissances...

Quelques écrits...

La "Cabale hermétique" évoque ce mot qui commence par "Atl" pour "Alt" signifiant l'altitude, la hauteur, ..."Land" pour terre, pays... "Tide" pour vague, marée, courant...
L'anagramme d'une "ILE D'ANTAN" pour un peuple de marins, "fantastiques" dans les mémoires...
Est-ce un paradis, un lieu de grande spiritualité, ou plus à notre portée une contrée, où la vie ne se conçoit qu'avec une harmonie dans l'âme et la matière, ici et maintenant pour toujours ?
En effet, la partie floue et immergée de cet iceberg semble se concrétiser en remous sur les hauteurs du Machu Picchu, de Sacsayhuaman, de la "grande" pyramide... ou encore sur la seule terre qui "s'élève" au milieu des eaux qu'est Rapa Nui !
Héritage mondial semblable à une "culture de pyramides"...

Timée et Critias.
Il se trouve que Platon décrit le mieux cette époque proto-historique, dans deux de ses oeuvres intitulées le Timée et le Critias, deux oeuvres élaborées environ vers moins 360 ans avant Jésus-Christ...
Et il n'est pas loin le temps où l'on disait que "La guerre de Troie" n'est qu'une "figure de style" d'Homère, jusqu'à ce qu'un archéologue trouve des ruines de cette ville de Troie, en Turquie !
Le récit de troyens semble alors se confirmer par la réalité de découvertes archéologiques, délaissant la métaphore pseudo-explicatif culturelle d'un récit, à l'adoption d'une culture authentique rétablissant la mémoire d'une Histoire, et du même coup, réhabilitant la version des écrits de Platon...

L'Atlantide n'est-elle alors qu'une allégorie "platonique", ou est-ce comme ci-dessus "homérique" ?

Dans ce cas, ne peut-on faire une déduction qui dirait que "l'Atlantide" pourrait être d'une certaine véracité, au bout de cette "analogie" sachant bien comme dirait le castor que "comparaison n'est pas raison" ?
Il faut se rendre à l'évidence, qu'il est indispensable pour résoudre cette énigme, que l'archéologie entre autres corps de métier, doit apporter suffisament d'éléments factuels pour valider ce récit "atlantique"...
ImageImage
Encore faut-il que ces métiers se purifient de leurs propres contradictions et de leurs carences internes, telle une transformation ou une mise en place d'éléments permettant d'être conforme à la réalité des contextes ou situations, et des états des lieux... retraits et ajouts pour une mise à jour optimale !

Les détracteurs ne peuvent pas faire un tel travail d'honnêteté intellectuelle. Cela est dû au fait d'être orienté, notamment par la volonté de vouloir rester accroché à une conviction intime sans fondement crédible, et finalement faire taire ses propres ouvertures possibles... Ce que l'on appelle proprement d'être dogmatique !

Par conséquent, l'analyse est faussée par une étude non "tout à fait factuelle" car sélective, ni précise dans son ensemble, et donc scientifiquement louvoyée, arbitrairement découpée...
Précisément, cette analyse pré-orientée et motivée par un état d'esprit pseudo méthodique, avancée cru comme irréprochable, alors qu'elle se tord pour rendre une réalité voulue dans un format autre, de ce qui est véritable !

Pourtant, la simple démonstration concernant la vitesse de la lumière démonte de manière plus qu'élémentaire, le désavoeu de ce genre d'examen erronée, dont l'ensemble se retrouve n'être qu'un bilan tout à fait illogique !
Cette vitesse de la lumière se retrouve bien entre la différence du cercle inscrit et circonscrit, de la base carrée de la grande pyramide, et sur la position en lattitude de cette même pyramide !
Cela s'y trouve et le "seul" contre-argument est d'entendre que "ce n'est absolument pas exact", donc illusoire ! Réponse ressemblant à "... un stimulant de l'imaginaire" !
Mais "l'absolu", n'est-il pas dans la "croyance" justement ?
Image
Vérification schématique et approximative de la présence de la vitesse de la lumière au sein de la grande pyramide
Image
"...en haut, la valeur de la vitesse de la lumière en million de mètres par seconde, et en bas, le chiffre donné par la pyramide ..."
Image
Coordonnée géographique de lattitude au Nord de l'équateur : 29.9792458 N°
Outrepassant les unités de mesures utilisées (métrologie, géolocalisation,...) et de virgules "déplacées", la vitesse de la lumière s'y trouve bien, et ne peut même pas être placée "géographiquement ailleurs" sur notre planète, et sur une autre construction !
Indiscutable !
Surprenant jeu de calcul défiant le temps et l'espace où l'impossible se réalise dans un passé, et se confirme au présent, dans un avenir dont la seule esquisse laisse de marbre, stupéfiant l'incrédule par son ignorance infinie... !
La valeur exacte de cette vitesse luminique se trouverait être erronée par la doxa officielle, et que les calculs à la base de la grande pyramide ont été vérifiés par le savant physicien, et pas des moindres, Jean-Louis Basdevant, par ailleurs interviewé dans le film "La révélation des pyramides" de Patrice Pooyard !
Précisons que n'est pas savant qui veut !

Réminiscence d'une science ? Maïeutique platonique ?
Car même la pluralité des méthodes par quelques scientifiques que ce soient (officiels ou passionnés), ne peuvent émettre qu'une certitude !
Qu'une seule réalité du temps et de l'espace !
Qu'une seule vérité, en matière comme en esprit, d'une "particularité ou d'un ensemble" !
N'en déplaise à ceux incapables de sérieux, infidèles à une quelconque évidence de faits, ne leur fut-elle même qu'à peine révélée... préférant s'amender et s'emprisonner dans une auto-persuasion d'irréalités...

"Donneur de leçons" ne se pardonnant même pas leurs propres erreurs, ils perdurent dans une incompétence qui s'autorise à juger des personnes de disciplines très scientifiques, jusque même dans la diffamation... et cela bien sûr, au dépend de faire une démonstration sur les objets de sciences mis en équation !
Et ainsi, croyant prouver quelques vraisemblances en s'attaquant aux défauts humains (que nous avons tous de toute façon !), pensant alors rendre non-crédible des études plus que corroborées, tout en omettant de prouver la crédibilité de leur position, et de répondre aux vrais problématiques !

A contrario de ces "tendances" sectaires, il y a ceux qui, avec courage et humilité, savent s'orienter, déchiffrer avec certitude, et donc "élucider" avec bonne mesure par leur intuition et leur raison... D'une raison intuitive à une intuition raisonnée, l'avancée est immanquable et va vers une résultante forcement avérée !
Pour l'un, c'est une image ou une expérience, pour l'autre c'est un calcul ou un syllogisme, pour soi c'est une lecture ou un sentiment, pour tous c'est un devoir de partage et de compréhension des couleurs d'un même puzzle, d'un même bâteau qu'est notre planète... !
Telle une communion humaine décidée à progresser le mieux possible, quelle que soit l'adversité des inimitiés et des difficultés, tout dans l'abandon du puéril et de l'inutile...
Dialogues avec ou sans beauté, avec ou sans amour... du pire sourd qui ne veut entendre Socrate dire à ce sujet, que philosopher, c'est apprendre à mourir !
Et dont l'un des buts est aussi d'éclaircir ses propres limites afin de les dépasser, revoir nos perceptions ou nos fois imparfaitement comprises, mais déjà modestement et humblement éclairée par une certaine lucidité ouvrant des possibles d'unité insoupçonnée...
Un "ensemble d'innovateurs" qui va vers une réalisation inéluctable, et ainsi "bâtir" avec un ultime objectif qui reste à peine effleuré !

Et où l'ouverture donne "corps" à cette solidarité, par justement cet "entraperçu" qui touche un indicible, frôlant l'inavouable, percevant un éclat de l'insondable , accédant à un semblant d'impénétrable !


Le sujet, le sujet...
Plus clairement en revenant au sujet, l'on ne peut pas nier certains "à-côtés" du récit atlante de Platon, à savoir par exemple l'authentification archéologique concernant des descriptions précises qu'il fait sur une ancienne cité mycénienne, ou les preuves géologiques concernant une Athènes en guerre, dont l'ennemi curieusement reste imprécisément établi par les fouilles, laissant ces atlantes comme d'improbables adversaires fantômes...
Tout ce qui est conté "autour du récit atlante est certifié" mais rien n'est fait ni engagé, pour donner crédit aux descriptions de Platon concernant la réalité d'une Atlantis ...
Du grec ancien, Atlantis signifierait "île d'Atlas" et serait une presqu'île...
Image
Evidemment, selon le Critias, ce récit d'une "antique antiquité" provient d'un prêtre égyptien, preuve supplémentaire qu'un héritage culturelle d'une très lointaine histoire, originaire d'une avant "Egypte", se perpétue, et dont l'origine "antédiluvienne" reste à être "homologuée", tout comme ce récit...
Image
La description de l'Atlantide ne manque donc pas dans ces deux dialogues, plus précisément dans le Critias.
Retenons encore quelques aspects géographiques, et quelque peu... mythologique !
L'île se situe au-delà des colonnes d'Hercule (délimité par notre "détroit de Gilbratar" que sont les montagnes des deux continents bordant le détroit)
De format circulaire et entrecoupé de fosses navigables, entouré d'anneaux de terre et d'eau, l'île est constituée de dix royaumes, avec au centre un certain "mont élevé"...
Le roi Atlas ainsi que ses neuf frères, puis ensuite leurs descendants, sont les gouvernants de cet Atlantis adoptant une religion axée sur Poséïdon. Un sacrifice annuel consiste à capturer un taureau et de le sacrifier sur une colonne...
Image
Plus encore, ce déclin civilisationnel reste un mélange d'une étrange "topologie" et d'une "cosmique nature" à peine perceptible, puisque les atlantes semblent perdre une guerre qu'ils ont engagé contre des "athéniens", ainsi que le dit Platon, et qui, pris ensemble dans leur conflit, sont emportés par la Terre qui s'entrouvre, les avalant dans leur totalité...
Et en plus de subir un cataclysme mélangeant le déluge à quelques foudres, l'Atlantide disparaît au fond des mers (Timée), ainsi désignée dans les limbes ténébreuses d'une leçon, dont seule l'histoire sait donner...


Tablettes de mésopotamie et autres récits "bibliques"...

D'autres textes grecs et romains existent évidemment sur ce thème diluvien, traditionnellement, avec toujours ce devoir de survivre sur de nouvelles terres...
Un déluge est également décrit en cunéïforme dans deux versions originaires de la Mésopotamie, l'une sumérienne et l'autre babylonienne, se corroborant !
En effet, cette épisode est aussi similaire dans l'épopée de Gilgamesh que dans l'épopée d'Atrahasis (ou poème du Supersage).
Le cataclysme qui y est narré est tel, que l'on a peine à imaginer que cela soit un "évènement possible" dans la réalité...
Image
Pourtant la fureur y est dépeint avec une telle rage, que l'on ne peut pas la cantonner à un seul peuple qui subirait un bouleversement qui ne serait que "régional"...
Selon la Genèse biblique, le même cataclysme semble aussi allégorique et terrible. Et ce récit ne peut provenir que d'une même "source se concordant et apparentée" tant la similitude est manifeste...
Et ainsi, se narre ce "conte", pour le texte sacré hindou (Veda), ou maya (Popol Vuh), et dans la mythologie scandinave, amérindienne, chinoise...
Image
Extrait du Popol Vuh
Et à chaque fois, que cela soit du nom de Noé, Viracocha, Quetzalcoatl ou Ziusudra, leur venue s'accompagne d'un "vaisseau" et d'un "sauvetage" !
Le livre de la vache et du ciel, récit mythique d'Egypte, évoque une inondation différente au déluge que nous appréhendons de façon générale, par le fait que ce déluge a l'objectif de sauver l'humanité d'une catastrophe !
Et cette catastrophe est représentée par Sekhmet personnifiant la puissance destructrice du soleil !
Un récit que nous ne pouvons donc pas omettre, rappelant encore qu'une grande part du savoir grec est un héritage plus ou moins fictif et/ou partiel, venant de ce lieu dit égyptien, aujourd'hui ensablé et dessiné d'un delta et de son Nil comme seule fleur... clôturant à travers les âges et à travers le monde un mythe qui se révèle authentique à force d'y être affiché !
Image
Livre de la vache et du ciel

Premières analogies...

Il n'est pas possible de fermer un dossier dans lequel Platon édicte des réalités historiques certifiées par l'archéologie, "sauf" celle de l'Atlantide !
Nous devons dans ce cas, relever les points nécessaires pour "mettre à jour" ce qu'il exprime par ce récit...
En restant logique, si les grecs ont hérité du savoir de l'Egypte antique, ne peut-on penser "légitimement" qu'une histoire égyptienne puisse héritée d'une autre qui la précède ?
Ce qui convient de voir dans quelle mesure ! Parce qu'après un cataclysme probable et supposé, que resterait-il d'un héritage sur les ruines d'une telle calamité ?
Les bonnes questions ne peuvent que mener vers la bonne route à suivre...

Les écrits du "gigantesque cataclysme" plus ou moins explicite dans les traditions cultuelles ou culturelles semblent se confirmer ! A l'évidence, si Platon évoque une Atlantide plus vaste que la Libye et l'Asie réunie, sa disparition ne peut être que titanesque !


La civilisation minoenne.

Mais qu'est-ce qui peut donc "illustrer" le texte platonique dans cette ampleur ?
La civilisation minoenne est très certainement un point incontournable révélant au moins un semblant de vérité...
Sa disparition notamment en Crète, en partie dû à l'explosion du volcan de Santorin, faisant disparaître une "île" ressemble fort à l'évocation d'une Atlantide.
Or, l'île n'a pas les proportions géographiques narrées dans le Critias !
Que peut-on voir si ce n'est la tentative de laisser à la postérité une "île" au milieu des eaux grecques, comme "emblème" d'un passé ou d'une civilisation ?
Car qui a vu les palais de Cnossos en Crète revoit les écrits platoniques comme les colonnes rouges...
Et qui voit la danse avec le taureau minoen, voit le culte d'Atlantide sacrifiant l'animal à Poséïdon...
Image
Fresque minoen représentant des acrobaties avec un taureau
Si donc la Crète est trop petite par rapport à la description que fait Platon de l'Atlantide, il faut peut-être aller voir dans l'océan... Atlantique !

La méditerranée.
Car c'est au-delà des "colonnes d'Hercules" (détroit de Gibraltar) qu'est souvent supposé l'endroit où existait la civilisation atlante...
Image
Or, c'est après l'écriture du récit platonique que l'on a décidé de nommer les colonnes d'Hercule comme étant les montagnes bordant le Sud de l'Europe et le Nord de l'Afrique.
Est-ce juste parce que l'océan atlantique est assez vaste pour contenir un continent au moins grande comme la Libye et l'Asie mineure ?
L'océan nommé "atlantique" correspond également à cette supposition, consistant à croire à une "Atlantide" passée, dans ces eaux...
Mais qu'en est-il en réalité ?
Car la tectonique des plaques évoque une histoire de l'océan atlantique qui noue l'Afrique à l'Amérique, et que la dorsale ou faille séparant ces deux continents ne préfigure de près comme de loin, aucun continent probable, ni d'un quelconque relief d'une Atlantide avalée au fond de cette mer...
Image
Observons une langue : le basque !
Cette langue qui n'est pas d'origine indo-européenne, a une origine inconnue, et se situe géographiquement entre la France et l'Espagne :
Image
Notre enquête donne l'hypothèse que cette Atlantide ne se situerait pas "géographiquement" dans l'océan atlantique. Prenons donc de la hauteur et du recul, au-dessus de ce pays basque et de l'Europe, pour tenter de mieux saisir un relief qui nous échappe :
Image
En se focalisant sur le pays basque, et en se rappelant qu'il y a une certaine ressemblance entre la langue basque et la langue égyptienne antique (demonstration similaire à celle faite entre l'écriture de Rapa Nui et celle de Mohenjo Daro dans le film de Patrice Pooyard), peut-on faire l'hypothèse que le pays basque était joint au delta du Nil ? Est-ce que cela serait possible "géologiquement" avec le jeu de la tectonique des plaques ?
Image
Ce jeu de la tectonique pousse la plaque africaine vers l'eurasienne, modifiant et déplaçant ainsi les abords du Sud de l'Europe.
Nous voyons donc l'Espagne et le Portugal s'écarter et s'éloigner de plus en plus de la mer méditerranée.
Cela laisse à penser que si nous remontons le film à l'envers, nous pourrions "recoller" le Portugal sur le Liban et la Palestine, "joindre" le pays basque au delta du Nil... !
La France aussi, dans cette logique de replacement continental, se marierait avec les plages d'Afrique du Nord...
Mais tout ce remaniement ne provient pas uniquement de par la poussée des plaques tectoniques Sud, car tout ceci ressemble plus à un éclatement qu'à une formation de montagne due à une subduction...
Du coup, nous constaterions que les "colonnes d'Hercule" évoquées par Platon s'effaceraient de l'emplacement actuel, et se situeraient donc ailleurs...
Et tout cela, ne nous aide pas plus à réaliser le lieu et l'emplacement de cette vaste Atlantide en cette région du monde...

De l'extrême-orient...
Si donc l'Europe du Sud se modifie de la sorte, il faut que la plaque eurasienne soit "déplacée" de manière beaucoup plus importante et plus brutalement, que seulement par l'impulsion tectonique de la plaque africaine ou arabique...
Et dans ce cas, nous devons aller voir du côté de l'extrême orient, là où se trouve la Chine proche du Japon... pour tenter d'identifier ce qui pousse cette plaque eurasienne d'Est en Ouest...
Force est de constater que ce n'est pas le mouvement naturel d'une plaque ou deux qui serait à l'origine d'un si grand déplacement...
Il y a la plaque pacifique au fond des eaux, entourée par la "ceinture de feu", et qui ne correspond pas à une partie d'un engrenage qui aurait fait basculer dramatiquement le Sud de l'Europe par effet domino, sauf si un bouleversement majeur s'y est opéré...
Image
Nous pouvons nous arrêter un instant, pour repenser à la mythologie grecque où il est dit que les colonnes d'Hercule séparaient le monde connu de celui inconnu.
Ce monde connu n'est-il pas comme le précise Platon justement la Lybie et l'Asie ? Soit de la Lybie jusqu'aux confins de l'Asie, ce qui équivaudrait à dire jusqu'en Chine, correspondant à notre plaque eurasienne finissant alors aux abords du Japon ?
Et cet autre monde inconnu, n'est-il pas justement un emplacement dans cet océan, sur cette plaque tectonique formant le pacifique, au milieu de cette ceinture de feu ?
La ceinture de feu ne serait-elle pas ces fameuses colonnes d'Hercule ?
N'aurait-il pas, ce fameux héros grec, tenter de les maîtriser pour canaliser l'océan alors bouleversé, et ainsi minimiser les dégâts... tout cela ressemble fort pourtant, au scénario du numéro 10 de ses 12 travaux où il est question de bovins, et de terrasser Géryon, l'homme réputé le plus fort de la Terre de par ses nombreuses capacités décuplées...

Phi et la grande pyramide.
Avant de poursuivre dans ces étranges démonstrations océanes plus ou moins "pacifiques", retournons à la grande pyramide et rappelons-nous de cet effectif nombre d'or multiplié par 10 000, la joignant à Rapa Nui (île de Pâques)...
Ajoutons d'autres tracés toujours à partir de la grande pyramide, avec ce Phi X 10 000, dans l'autre direction de l'équateur penché, puis au Nord et au Sud...
Image
...jusqu'à s'arrêter aux 16 180 km, pour ensuite observer l'océan pacifique avec la fin de ces "cordes" :
Image
Traçons un cercle délimité par les 4 tracés, ce qui permet de faire remarquer que la "polarité" de la "grande" pyramide, de l'autre côté de la planète, est une étendue d'eaux contrastant avec l'étendu des terres :
Image
Mais également, indique la probabilité d'un autre possible continent, qui pour jadis, peut se positionner là :
Image
Remarquons qu'une telle étendue aquatique vide de continent, peut contenir... l'Antarctique :
Image
Dans ce cas, qu'est-ce qui a bien pu déplacé la plaque Antarctique au Sud, poussant la plaque eurasienne à l'Ouest...
La "ceinture de feu" n'est-elle pas le signe d'une déchirure provenant du coeur de notre globe, et ouvrant au Sud un passage, poussant la plaque antarctique vers le pôle Sud, jusqu'à le congeler, et l'ensevelir en grande partie...
Si c'est le cas, ce continent couvrirait-il un espace comme décrit par Platon, à savoir une Lybie et une asie...
Il semblerait que oui !
Image
Ou est-ce plus simplement notre planète qui a basculé globalement de quelques degrés, causé notamment par des troubles géomagnétiques, pour placer cette "Atlantide" au pôle Sud ?
Image
Laissons ces mouvements et réflexions géologiques envisageables, et réalisons que tout ceci n'est que la synthèse de bien des réflexions, et autres recherches de terrain toutes aussi modestes, mais complémentaire... que nous nous devons de remercier par ailleurs, pour l'avoir fait vivre dans le temps, et ainsi, de l'avoir parsemer pour nos réflexions, avec quelques étincelles dans une nuit encore bien ténébreuse...

A coup sur, Patrice Pooyard va pouvoir nous confirmer quelques points, mais calmement, doucement... car trop de clareté peut aveugler, alors que la patience et la volonté nourrissent un potentiel de créativité probable, qui éveille et donne conscience à de sûrs merveilles...

...oo0O / Δ \ O0oo...
(Cette composition n'est qu'une ébauche qui se veut évolutive vis à vis des "découvertes" et autres "mises à jour".)
Entre l'hêtre et le bouleau, En vert paraître et se chanter beau, S'envole le faux et s'éveille l'être.
Ce forum est désormais en Archive !

Post Reply