Vérification des faits concernant les distances

Vos découvertes sur google earth ou maps
Amonbofis

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by Amonbofis » 15 December 2013, 19:07

Je voulais poster ici un schéma que j'ai trouvé récemment dont je m'étonne que l'on ne l'exploite pas plus ici, il s'agit de celui qui résume les données de paléoclimatologie sur ... 600 millions d'années ! Avec des zooms progressifs.

Image

Le zoom qui sans doute nous intéresse ici est celui sur les 400 000 dernières années.

Image

Aux effets de bord près, et en fonction des pics que l'on considère, on peut compter en gros jusqu'à 7 ou 8 cycles sur 400 000 ans, soit environ une forte glaciation tous les 50 000 à 60 000 ans.

User avatar
thierry632
Posts: 478
Joined: 19 March 2013, 19:14

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by thierry632 » 24 December 2013, 17:26

Bonjour,
J'ai trouvé un calculateur orthodromique correct sur le Net ici: http://fr.distance.to/
ex.: Gizeh - Hanga Roa (Iles de Pâques): 16.177,33 km et Caire - Hanga Roa: 16.179,58 km

albator
Posts: 577
Joined: 05 April 2013, 23:35

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by albator » 24 December 2013, 18:22

c'est une base google ;
cela doit donner les mêmes résultats que G.Earth.
merci néanmoins pour l'ajout.
au delà du calcul, le point a aussi son importance.
Même si l'écart relatif (très faible pour Giza - IDP) reste très faible.
Le choix de ce point peut être aussi sujet à spéculations arrangeantes...
Ne pensez pas qu'il faille réfléchir pour être heureux.

User avatar
iouki
Posts: 69
Joined: 02 December 2013, 12:24

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by iouki » 12 January 2014, 05:45

Je suis tombé par hasard sur cette carte en parcourant le net, c'est curieux comme ça ressemble à notre équateur penché : c'est juste un peu moins penché, mais on n'est quand même pas loin.
https://www.google.fr/search?q=universa ... B610%3B220
(au milieu de la deuxième ligne, vous ne pouvez pas la louper)
"Le miel n'est jamais bon dans une seule bouche." (Ali Farka Touré)

User avatar
iouki
Posts: 69
Joined: 02 December 2013, 12:24

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by iouki » 12 January 2014, 07:44

Merci pour cette référence Thomas Doumont, avec la netteté de cette carte, il s'agit donc d'une représentation de l'équateur dans l'écliptique.
"Le miel n'est jamais bon dans une seule bouche." (Ali Farka Touré)

Amonbofis

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by Amonbofis » 12 January 2014, 12:03

Cliquez sur "Img" dans la barre au dessus, puis insérez l'adresse URL de l'image (clic droit et "copier" dans la barre d'adresse du navigateur quand vous avez l'image affichée).

Image

Provient de cette page wikimedia, donc j'ai choisi l'image faisant moins de 640 pixels. On peut aussi montrer des images en transformant une image avec un logiciel, pour qu'elle soit de moins de 640 pixels de large, et la charger sur le forum (en bas de la fenêtre de saisie du texte vous avez "attacher une image" qui permet d'envoyer une image stockée directement sur votre disque dur).

Codes utilisés dans ce post (grâce à la barre d'outil de la fenêtre de saisie de texte du forum) :

Code: Select all

[img]http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/World_Map_1689.JPG/556px-World_Map_1689.JPG[/img]
et
[url=http://en.wikipedia.org/wiki/File:World_Map_1689.JPG]cette page wikimedia[/url]
En espérant que cela puisse vous être utile pour la suite.

albator
Posts: 577
Joined: 05 April 2013, 23:35

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by albator » 16 January 2014, 01:05

oui, on avait déjà noté la proximité entre le plan de l’écliptique et l"équateur penché.
mais un truc que je n'explique pas : il y a une infinité d'écliptique, ou d'equateurs penchés à 23,5° ; comment expliquer que celui ci est positionné comme "le nôtre" c a d ayant le même nord géographique ?
edit : ce plan de l'écliptique est fixe..à notre echelle de temps. Il tourne sur 26000 ans si je ne dis pas de bétises;
retrouver le nord qu'il pointe nous ramènerait donc à une date, modulo 26000 ans...
Ne pensez pas qu'il faille réfléchir pour être heureux.

User avatar
UGC92
Posts: 65
Joined: 08 December 2014, 14:02

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by UGC92 » 08 December 2014, 15:38

Amonbofis wrote:
albator wrote:Par contre, Atonbeaufils,
"Le demi-cycle de précession des équinoxes est de 13 000 ans. Donc le Nord bascule diamétralement dans le cercle de précession tous les 13 000 ans. Donc il y a 13 000 ans le Nord était décalé en Alaska, c'était donc le "vrai Nord" pour les hommes de ce temps."
soit j'ai pas compris, soit c'est archi faux. peux tu expliquer STP?
Oui je suis allé un peu vite, il faut regarder cet article de wikipedia et plus précisément cette image :
Image
Mon idée est de considérer que cette rotation agit sur le manteau terrestre, ou de façon équivalente, que l'axe de rotation subit lui-même la force d'inertie de la masse en rotation sous l'action de la force centrifuge de la précession elle même.

En effet contrairement à une toupie, la terre ne repose pas sur un axe qui touche un sol. Donc cet axe n'a aucune raison de rester toujours dans la même direction relativement à l'enveloppe de la sphère.

De sorte qu'on peut très bien comprendre que le phénomène physique ici est équivalent ici entre dire que :

1°) l'axe change de position (le Nord était en Alaska)
2°) et/ou la croute glisse sur le manteau sous l'effet de la force centrifuge.

On pourrait parfaitement vérifier cette hypothèse avec une sphère en rotation, composée d'une enveloppe glissante sur un noyau plus dur. Il y aurait donc une explication de nature centrifuge au mouvement de l'écorce liée à la rotation précessionnelle.

Il me semble qu'Einstein lui-même avait apporté une opinion favorable à une analyse de même nature proposée par Charles Hapgood.

Je rajoute que ce phénomène pourrait expliquer la fonte des glaces suivie de glaciations dans un phénomène cyclique. L'axe de rotation se ballade, ou de façon équivalente l'écorce glisse, place les deux continents de glace en position de fonte, et deux nouveaux pôles sont progressivement glacés dans le même temps, avec donc une période de fonte / glaciation réalisée en deux endroits différents distants d'environ un diamètre de cercle précessionnaire.

Pour compléter cette vision je viens de trouver un papier scientifique qui va entièrement dans ce sens et cite le travail d'Hapgoog, pour étudier si les les sites mégalithiques (Carnac, pyramides ou autres...), ne pourraient pas être effectivement des indicateurs de la position des pôles à des âges reculés.
La théorie d'Hapgood, c'est bien cette théorie qui prétend que la croute terrestre se serait déplacé sur le magma du manteau avec la force centrifuge et une répartition inégale des masses des calottes polaires ?
Si c'est bien ça j'aimerai bien savoir comme il pense que la croute ait pu se déplacer sur le manteau...c'est très peu crédible (pour pas dire autre chose).

albator
Posts: 577
Joined: 05 April 2013, 23:35

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by albator » 09 December 2014, 00:38

pas si dénué de sens.
Il me manque des rapports d'échelle pour pouvoir estimer si cela est plausible. Peut on se référer à Einstein qui l'aurait fait en son temps ?
Pour cela il faudrait ressortir les cours d'analyse dimensionnelle de l'époque... mais ça commence à dater !

Bref, imaginons une calotte glacière très imposante, et excentrée du pôle géographique.
Ce balourd crée une tension importante sur la croûte terrestre.

A mon sens, que cette tension génère des tremblements de terre ou autres métamorphoses c'est une évidence...
De là à dire que la croûte terrestre se soit déplacée de plusieurs milliers de km comme certains l'ont formulé, cela reste dur à gober.
En parlant de gober, la croûte terrestre est si fine comparée au 12 000 km du diamètre de notre Terre,qu'on pourrait la comparer à la coquille d'un œuf.

Pour cela une modélisation doit pouvoir être faisable, en prenant en compte des approximations de ce qu'il se passe sous nos pieds (viscosité en fonction de la profondeur, celle ci diminuant, un point (sphérique) de rupture est possible).

mais bon, c'est pas en passant une demi journée sous fluent qu'on va pouvoir faire un modèle exploitable ...

Avis aux amateurs de cfd !
Ne pensez pas qu'il faille réfléchir pour être heureux.

User avatar
UGC92
Posts: 65
Joined: 08 December 2014, 14:02

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by UGC92 » 09 December 2014, 12:17

Salut albator !
albator wrote:pas si dénué de sens.
Il me manque des rapports d'échelle pour pouvoir estimer si cela est plausible. Peut on se référer à Einstein qui l'aurait fait en son temps ?
Pour cela il faudrait ressortir les cours d'analyse dimensionnelle de l'époque... mais ça commence à dater !
Je doute fort qu'Einstein, qui n'a au passage jamais publié d'article concernant la géologie, la géodynamique ou la rhéologie des roches, ait déjà travaillé sur cela. Il aurait effectivement préfacé le livre d'Hapgood, mais rien n'indique qu'il ait travaillé sur le sujet. Si tant est qu'il l'ai fait, Einstein est certes le meilleur physicien que le 20ème siècle ait porté, mais ce n'est pas un géologue. Et ces deux disciplines (physique théorique et géologie) sont très éloignées l'une de l'autre.
Charles Hapgood wrote:Of course, it is realized that the crust of the earth is, in a
sense, a floating crust. The materials of which it is composed
are lighter, it is assumed, than the materials below, and are
solid, as compared with the plastic or viscous state of the
underlying layers. The crust can be thought of as floating
in hydrostatic balance in the semiliquid lower layer.
(from Earths Shifting Crusts - Hapgood)
Charles Hapgood wrote:The
other assumption is that at some point below the crust a weak
layer exists that will permit the displacement of the crust
over it
. (from Earths Shifting Crusts - Hapgood)
J'ai étudié un peu le livre d'Hapgood, disponible sur le lien suivant (https://archive.org/stream/eathsshiftin ... p_djvu.txt), et ces deux passages ont attiré mon attention. Il est dit qu'il existerait une couche située sous la croute (au niveau de la discontinuité de Mohorovičić donc) qui ferait que celle-ci flotte au dessus d'un matériau semi-liquide. Or aujourd'hui on connait de mieux en mieux cette discontinuité physico-chimique, notamment par la tomographie sismique ou encore par l'analyse des enclaves basiques retrouvées dans certaines laves.

Il existe bien une couche ductile dans la partie inférieur de la croute (mais elle est inclue dans la croute) et ne permet pas un tel glissement au dessus du manteau comme décrit par Hapgood. La force qui serait nécessaire au déplacement de toute la croute empêcherai de le faire par un glissement asismique (donc par une déformation ductile). Cela entrainerai une rupture nette à un endroit précis (probablement au niveau de grandes failles transcrustales). Je te laisse le lien suivant, certes très sommaire en la matière mais assez instructif qui parle de rhéologie (sciences étudiant la déformation des roches sous contraintes): http://planet-terre.ens-lyon.fr/article ... giques.xml

Le seul glissement admis est celui d'une plaque lithosphérique (croute océanique ou continentale + manteau lithosphérique) sur le manteau inférieur. C'est la tectonique des plaques, c'est lent, parfois asismique, mais souvent ça casse et ça fait de nombreux séismes.
albator wrote:Bref, imaginons une calotte glacière très imposante, et excentrée du pôle géographique.
Ce balourd crée une tension importante sur la croûte terrestre.

A mon sens, que cette tension génère des tremblements de terre ou autres métamorphoses c'est une évidence...
De là à dire que la croûte terrestre se soit déplacée de plusieurs milliers de km comme certains l'ont formulé, cela reste dur à gober.
En parlant de gober, la croûte terrestre est si fine comparée au 12 000 km du diamètre de notre Terre,qu'on pourrait la comparer à la coquille d'un œuf.
La présence d'une calotte polaire n'est effectivement pas sans conséquence pour la croute. Mais pas dans ce sens.
Il existe un phénomène très connu de rebond post-glaciaire qui correspond à la réponse élastique de la croute après la fonte des calottes polaires (rebonds observés notamment après le Wurm). Mais par rebond on entend pas un trampoline hein ;). Juste un réajustement hydrostatique lent et progressif.
Comme le montre les profils rhéologiques que je t'ai envoyé plus haut, une calotte polaire cause des contraintes qui déforment la croute de manière élastique. Cela veut dire qu'aucune déformation cassante (de grande échelle - susceptible de produire un séisme) n'est possible et que dès que la contrainte s'annule, la croute revient à son état initial sans déformation (comme un élastique finalement, d'où le nom).

Qu'entends tu par:
albator wrote:autres métamorphoses
Concernant une possible modélisation, je pense que c'est juste impossible. Trop de paramètres sont à rentrer, on ne considère même pas les dorsales, les subductions, les hot-spots, les cratons...qui sont autant de choses qui empêchent littéralement un possible glissement important de la croute.

Pour finir, je pense qu'il ne faut pas que l'on oubli que Charles Hapgood n'était titulaire que d'une maitrise en histoire médiévale.

Post Reply