Vérification des faits concernant les distances

Vos découvertes sur google earth ou maps
albator
Posts: 577
Joined: 05 April 2013, 23:35

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by albator » 09 December 2014, 23:27

et bien je te remercie pour la synthèse de ton travail de recherche.
j'avoue ne pas être allé aussi loin :)

je suis aussi d'avis que la force exercée par la masse en rotation excentrée ne peut pas générer un glissement simple sans générer de déchirures importantes dans la croûte terrestre. Celle ci générant une concentration de contraintes trop localisée et non pas homogène sur l'ensemble de la surface du globe.

Néanmoins, le titulaire de brevet d'histoire des baratins ancestraux pourra se souvenir qu'il y aurait eu par le passé, des cataclysmes "par le feu".
Ce qui pourrait être la résultante d'un déchirement de la croûte terrestre de grande envergure.
Du reste, il est envisageable que le déplacement de la croûte se fasse dans un second temps, après que la première déformation tectonique arrive à saturation.

Cela dit, un si intense chamboulement tectonique aurait laissé des traces bien trop visibles, si elles étaient très récentes (on parle ici d'un basculement il y a quelques dizaines de k-années). Et cela, on en aurait parlé au lycée !
Ne pensez pas qu'il faille réfléchir pour être heureux.

User avatar
UGC92
Posts: 65
Joined: 08 December 2014, 14:02

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by UGC92 » 09 December 2014, 23:44

albator wrote:je suis aussi d'avis que la force exercée par la masse en rotation excentrée ne peut pas générer un glissement simple sans générer de déchirures importantes dans la croûte terrestre. Celle ci générant une concentration de contraintes trop localisée et non pas homogène sur l'ensemble de la surface du globe.
Exactement !
albator wrote:Néanmoins, le titulaire de brevet d'histoire des baratins ancestraux pourra se souvenir qu'il y aurait eu par le passé, des cataclysmes "par le feu". Ce qui pourrait être la résultante d'un déchirement de la croûte terrestre de grande envergure.
De quel cataclysme parles-tu ?
albator wrote:Du reste, il est envisageable que le déplacement de la croûte se fasse dans un second temps, après que la première déformation tectonique arrive à saturation.
Si il y a saturation, il y aura toujours rupture, pas de glissement. Là dessus je te renvoi sur les cercles de Mohr (j'en ai bouffé de ça lol).
albator wrote:Cela dit, un si intense chamboulement tectonique aurait laissé des traces bien trop visibles, si elles étaient très récentes (on parle ici d'un basculement il y a quelques dizaines de k-années). Et cela, on en aurait parlé au lycée !
Exactement, une rupture aurait rapide créée beaucoup de chamboulement:
- Séismes intense impliquant des slumps (glissement sous marins) des courant de turbidités (sorte d'avalanche sous marine),
- Grands jeu de failles visibles (stilolithes, stries...),
- Décompressions massives entrainant de la fusion partielle (magmatisme de shear-zone),
- Et pleins d'autres...

albator
Posts: 577
Joined: 05 April 2013, 23:35

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by albator » 10 December 2014, 00:10

Pour les cataclysmes, je suis désolé... je n'ai aucune référence exacte !
Mais nombre de LRDPistes sur ce forums sauront apporter leur pierre à l"édifice :)

les tricercles de mohr, j'en ai bouffé aussi il y a 7 ans :) Mais c'est comme les lois de newton, c'est valable dans une certaine limite.
Mais on ne s'est pas compris concernant la saturation. Je m'explique.

On peut imaginer que dans un premier temps qu'il y ait déchirement de la croûte terrestre, puis, ce que j'appelle saturation, c'est l'équivalent d'une butée. Laissant place à un glissement.

bref, il faudrait pouvoir retrouver la trace de perturbation géologiques d'il y a 10 ou 20 000 ans. (création de matière en surface importante)

autre point : si la croûte terrestre s'est déplacée, alors les marqueurs géomagnétiques présents dans les roches et fixés pendant leur création (refroidissement) doivent pouvoir nous l'indiquer. Il y a bien des dérives liées au déplacements sur le très long terme, mais je ne crois pas que la terre entière soit décalée d'une dizaine de degrés... :ugeek:
Ne pensez pas qu'il faille réfléchir pour être heureux.

User avatar
UGC92
Posts: 65
Joined: 08 December 2014, 14:02

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by UGC92 » 10 December 2014, 09:32

albator wrote:Pour les cataclysmes, je suis désolé... je n'ai aucune référence exacte !
Mais nombre de LRDPistes sur ce forums sauront apporter leur pierre à l"édifice :)
Si d'autres ont effectivement des exemples je veux bien !
albator wrote:les tricercles de mohr, j'en ai bouffé aussi il y a 7 ans :) Mais c'est comme les lois de newton, c'est valable dans une certaine limite.
Effectivement, ça reste valable dans une certaine dimension, mais cela donne quand même une bonne idée des mécanismes en jeu.
albator wrote:Mais on ne s'est pas compris concernant la saturation. Je m'explique.

On peut imaginer que dans un premier temps qu'il y ait déchirement de la croûte terrestre, puis, ce que j'appelle saturation, c'est l'équivalent d'une butée. Laissant place à un glissement.
Je suis vraiment désolé mais je ne comprends toujours pas. Pour moi si il y a butée, il y a contrainte, si il y a contrainte il y a rupture. Si on veut du glissement il faudrait une couche qui permette le fluage. Par là je pense notamment au glissement des sédiments jurassique du Jura au dessus de la couche triasique du Keuper à gypse et sel. Mais bien que ces roches évaporitiques soient propices au fluage, ça se fait très très lentement (quelques cm/an)!
albator wrote:bref, il faudrait pouvoir retrouver la trace de perturbation géologiques d'il y a 10 ou 20 000 ans. (création de matière en surface importante)
Si un tel déplacement s'était opéré, je t'assure que l'on en aurait retrouvé des traces. Je te raconte même pas la quantité de magma créée par friction (pour avoir étudié le phénomène de frictional melting sur une shear-zone classique). Et puis le volcanisme ça balance un sacré paquet de choses dans l'atmosphère (soufre, fluor, particules et j'en passe).

On aurait retrouvé des anomalies très importante dans les glaces des pôles ou de n'importe quel glacier. Comme cela a pu être le cas pour l'éruption du supervolcan Toba il y a 73 000 +/- 4 000 ans. D'ailleurs, d'après certaines études biologiques ciblées sur l'ADN mitochondrial (les organites responsables de la création d'adénosine tri-phosphate, vecteurs de l'énergie dans le corps), tous les gens sur cette planète dériveraient d'une toute petite population de plusieurs centaines d'individu ayant survécu à cette catastrophe. Ces études ont montré un goulot d'étranglement de l'évolution qui colle avec ces anomalies retrouvées dans les glaces et cette éruption du Toba ! En faite ils ont été surpris car ils s'attendaient à une plus grande hétérogénéité de cet ADN mitochondrial entre les différentes populations terrestres.

Aucune de ces traces n'a été retrouvé pour des ages d'il y a 10 000 ou 20 000 ans...
albator wrote:autre point : si la croûte terrestre s'est déplacée, alors les marqueurs géomagnétiques présents dans les roches et fixés pendant leur création (refroidissement) doivent pouvoir nous l'indiquer. Il y a bien des dérives liées au déplacements sur le très long terme, mais je ne crois pas que la terre entière soit décalée d'une dizaine de degrés... :ugeek:
Oui tout à fait. Lors du refroidissement des laves, les minéraux ferromagnésiens sont encore libres et se calent sur le nord-sud magnétique. On s'en sert beaucoup pour retracer les trajectoires de certains blocs lithosphériques. Et pas de déplacement catastrophique n'a été mesuré ;).

albator
Posts: 577
Joined: 05 April 2013, 23:35

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by albator » 10 December 2014, 23:13

Encore merci pour tes précisions.

J'en profite pour rebondir sur une fable qui reprends, par le passé, un épisode kataklysmique, il y a ... 80 000 ans.
Voici la fable en question :
http://www.antonparks.com/main.php?page=atlantis_mu
delà à savoir si cette histoire a été écrite en connaissance du passé scientifique, ou bien si elle découle simplement de l'héritage culturel.

Pour en revenir à mon histoire de saturation/butée, ce que je veux dire, c'est que la croûte, une fois avoir libéré et encaissé des contraintes, peut ne plus en encaisser. Comme une bouteille plastique qu'on écrase, arrive à un moment où c'est son support qui va être susceptible de ce déplacer, la bouteille n'étant plus compressible (trop hautes contraintes).
Bon, trêve d'analogies du dimanche (j'ai poubelle le dimanche), je ne suis pas plus convaincu que ça de ce scénario, notamment en considérant les traces magnétiques comme tu l'as confirmé.
Ne pensez pas qu'il faille réfléchir pour être heureux.

User avatar
UGC92
Posts: 65
Joined: 08 December 2014, 14:02

Re: Vérification des faits concernant les distances

Post by UGC92 » 11 December 2014, 12:43

albator wrote:Encore merci pour tes précisions.

J'en profite pour rebondir sur une fable qui reprends, par le passé, un épisode kataklysmique, il y a ... 80 000 ans.
Voici la fable en question :
http://www.antonparks.com/main.php?page=atlantis_mu
delà à savoir si cette histoire a été écrite en connaissance du passé scientifique, ou bien si elle découle simplement de l'héritage culturel.

Pour en revenir à mon histoire de saturation/butée, ce que je veux dire, c'est que la croûte, une fois avoir libéré et encaissé des contraintes, peut ne plus en encaisser. Comme une bouteille plastique qu'on écrase, arrive à un moment où c'est son support qui va être susceptible de ce déplacer, la bouteille n'étant plus compressible (trop hautes contraintes).
Bon, trêve d'analogies du dimanche (j'ai poubelle le dimanche), je ne suis pas plus convaincu que ça de ce scénario, notamment en considérant les traces magnétiques comme tu l'as confirmé.
http://notech.franceserv.com/acier/mate ... action.jpg
Comme le montre cette image (cas de l'acier mais c'est exactement le même schéma pour une roche), la rupture se fait lorsque les contraintes appliquées dépassent le seuil de résistance de la roche.
Ar+Az correspond au déplacement. Dès que l'ensemble des contraintes a été accommodée, même si les contraintes peuvent persister (elle sont souvent constante au niveau des zones tectonique active), on aura de nouveau un chargement des contraintes jusqu'à rupture. Il n'y a plus de déplacement possible.
C'est le cas lors d'un séisme, les contraintes sont telles qu'il y a rupture, on observe donc un déplacement au niveau de la faille (avec séisme), une accommodation progressive par la suite pour uniformiser le déplacement (ce sont les répliques) puis plus rien. Les contraintes se chargent à nouveau avant rupture.

Post Reply