Osiris, Dionysos, Jésus

Esotérisme, alchimie...
chambre de l'amenti
Posts: 19
Joined: 08 December 2013, 17:52

Osiris, Dionysos, Jésus

Post by chambre de l'amenti » 20 December 2013, 17:27

Bonjour,
L'histoire consensuelle concernant le paganisme , nous enseigne, nous demande d'adhérer à une vision de celle-ci archaïque dépassée et austère, il n'en est rien . Le terme païen est devenu au cours de l'histoire quelque chose de péjoratif, et fut employé par les chrétiens en laissant sous-entendre que la spiritualité des anciens n'était que superstitions primitives de pauvres terriens. Or le paganisme les mystères, la tradition qu'il enseignait provenait de l'Egypte antique et inspira en autre par la suite l'exquise architecture du Parthénon, les sculptures légendaires de Phidias, le théâtre d'Euripide et Sophocle, et la sublime philosophie de Socrate et de Platon (pour ne parler que d'eux). Le paganisme est une religion « morte », ou plutôt une religion exterminée. Elle a tout simplement été annihilée, ses temples et sanctuaires ont été désacralisés, démolis et ses grands livres contenants des enseignements millénaires jetés au feu. Aucune ligne conductrice vivante n'est restée pour expliquer les anciennes connaissances. Il faut donc recréer une vue d'ensemble au moyen des témoignages archéologiques et des textes qui ont survécu, un peu comme un puzzle géant.

Aujourd'hui les écrits de ses sages antiques sont faiblement relatés, peu de monde sait, que déjà entre -400 et – 500 av jc, certains philosophes débattaient sur les origines de l'homme. Euripide dans un écrit intitulé : les bacchantes, parle des humains issus de l'évolution des animaux.

Les astronomes savaient que la terre était une sphère qui, avec les planètes tournait autour du soleil. La toute première mention en occident d'une terre sphérique se trouve dans Phédon de Platon, bien que Diogène Laerce dit que c'est Pythagore qui le premier qualifia la terre de ronde, l'érudit alexandrin Erathostène affirme que si l'on vogue vers l'ouest à partir de ce qu'on nomme aujourd'hui l'Espagne, on atteindra éventuellement l'Inde. Pythagore dit : « Au centre, est le feu (soleil) et la terre est une planète sur laquelle la nuit et le jour sont crées par son mouvement circulaire autour de son centre». Cette théorie pythagoricienne fut ensuite adoptée par les astronomes de la bibliothèque d'Alexandrie : Aristarque de Samos qui succéda à Eratosthène (qui lui avait calculé la circonférence de la terre à 1 degré près) comme bibliothécaire en chef pose l'hypothèse selon laquelle la terre serait née autour du soleil sur la circonférence d'un cercle. Concernant les enseignements, les mystères dominant le monde païen, aucune divinité n'est représentée autant que Dionysos, l'homme-dieu qui était célébré dans les dans les « spectacles » sacrés d'Eleusis. Cette déité avait des noms multiples comme Iacchos, Bassareus, Bromios, Zagreus, Lenaios etc, et ce ne sont que ces noms Grecs. L'homme-dieu est un personnage mythique omniprésent dans les anciennes régions méditerranéennes et reconnu de façon différente dans les diverses cultures. Cinq siècles avant la naissance du Christ (l'autre homme-dieu), l'historien grec Hérodote, « le père de l'histoire », découvrit ce fait en se rendant en Egypte, ou il fut témoin sur les rivages d'un lac sacré dans le delta du Nil (lire : histoire, d'Erodote) d'une fête annuelle immense ou les égyptiens jouaient un drame représentant la mort et la résurrection d'OSIRIS , et c'est exactement le même drame que jouaient les initiés à Eleusis en Grèce sous le nom de « passion de Dionysos ».

Le mythe égyptien d'Osiris est le tout premier, il remonte à la préhistoire. Ce récit est si antique qu'on le retrouve inscris dans les « textes » des temples et pyramides d'Egypte. L'un des premiers Grecs à se rendre en Egypte en quête de l'ancienne sagesse fut Pythagore, car avant l'Egypte était un pays fermé (un peu comme comme le Tibet plus tard), c'est le pharaon Psamétique 1er qui permit aux Grecs d'établir un comptoir commercial dans le delta du Nil en -670. L'histoire nous rappelle que Pythagore le « premier scientifique » du monde occidental, rapporta nombre de théories mathématiques de l'Egypte en Grèce, mais que ses contemporains ne le considéraient pas comme un scientifique au sens moderne. Il passa 22 ans dans les temples égyptiens pour y être initié aux mystères antiques, sous son inspiration, ses disciples créèrent les mystères grecs, religion copiée sur les mystères égyptiens. Ils choisirent Dyonisos, le dieu grec du vin, divinité mineure presque ignorée d'Hesiode et d'Homère, dont ils firent une version grec du puissant Osiris, l'homme-dieu des mystères égyptiens ce fut une révolution culturelle qui fit d'Athène le centre du monde civilisé. De la même façon, d'autres civilisations méditerranéennes adoptèrent le culte des mystères d'Osiris en transformant l'une de leur déité en homme-dieu qui meurt et ressuscite.

La divinité connue comme "Osiris" en Egypte devint :

- Dionysos en Grèce, né de la vierge mortelle Sémélé.
- Attis en Asie mineure né d'une vierge mortelle nommée Cybèle.
- Adonis en Syrie né d'une vierge mortelle nommée Myrr.
- Bacchus en Italie.
- Mithra en Perse (né un 25 décembre) dont 3 bergers ont été témoins, etc.

Il s'agit essentiellement du même personnage immémorial sous des formes multiples, et dont la référence commune est Osiris-Dionysos. Les anciens reconnaissant le même être mythique émanant de ces différents "dieux des mystères" et autres éléments mythiques, les combinèrent sous formes de rites variés. A Alexandrie, par exemple, un sage du nom de Timothée (prêtre d'Eleusis) opéra la fusion d'Osiris et de Dionysos en une nouvelle déité appelée Sérapis. L'attrait d'Osiris-Dionysos était général parce qu'on le considérait comme représentant symboliquement tout homme initié. En comprenant l'allégorie de l'homme-dieu des mystères, l'initié devenait alors conscient que, tout comme Osiris-Dionysos, il était aussi « dieu fait chair ». Lui aussi était un esprit immortel piégé dans un corps physique. Participant à la mort d'Osiris-Dionysos, il « mourait » symboliquement à son ancienne nature. Ayant part à la résurrection, il renaissait spirituellement et devenait sensible à son essence éternelle et divine. Tel était, pour les initiés aux mystères intérieurs (ésotériques) le profond enseignement mystique codé (toujours sous formes d'allégories) dans le mythe dont ils éprouvaient directement la vérité en eux-mêmes. Wallis Budge à écrit en 1899 dans Egyptian religion : « les égyptiens, à toute les périodes où nous les connaissons, croyaient qu'Osiris étaient d'origine divine, qu'il souffrit mutilation et mort des mains du pouvoir du mal, qu'après un grand combat contre ce pouvoir il ressuscita, devint roi et juge du monde des morts ; et que, puisqu'il avait vaincu la mort, les justes pouvaient aussi en triompher. » Ils présentaient l'idée d'un homme à la fois divin et humain. Il personnifiait pour tout les égyptiens de l'antiquité, l'être qui, par ses souffrances et sa mort en tant qu'homme sympathisait avec leurs propres souffrances et leur propre mort. L'idée de sa personnalité humaine satisfaisait aussi leur grande et nostalgique aspiration à s'unir à un être qui, bien qu'en partie divin, avait beaucoup de choses en commun avec eux. A l'origine, ils voyaient en Osiris quelqu'un qui vivait sur terre, mangeait et buvait comme eux, puis subissait une mort cruelle et , secouru par les dieux, triomphait de la mort et accédait à la vie éternelle. Ce qu'avait fait Osiris, ils pouvaient donc le faire eux aussi.

Tels sont les éléments-clés caractéristiques de tout les hommes-dieux des mystères, ce qui convient à Osiris convient à Dionysos, Attis, Mithra et à tout les autres. C'est la description même de la mort et de la résurrection de l'homme-dieu juif Jésus Christ ! Comme Osiris-Dionysos , il est dieu incarné et dieu ressuscité, et il promet à ses disciples de renaître spirituellement s'ils partagent sa divine Passion.
On peut se poser la question, à savoir, les mystères ont-ils pu avoir influencé ou formé la biographie de Jésus dont nous avons hérité ? A l'inverse de la divinité humaine divine des mystères, Jésus est généralement considéré comme un personnage historique plutôt que mythique. Aujourd'hui méconnues par le plus grand nombre, les similitudes entre les mythes d'Osiris-Dionysos et la biographie supposé étaient évidentes pour les païens comme pour les premiers chrétiens (gnostiques) des premiers siècles de notre ère. Celsus, philosophe satiriste païen, critiquait les chrétiens parce qu'ils essayait de faire passer l'histoire de jésus pour une révélation, alors qu'en réalité c'était une imitation des mystères païens sur un plan inférieur. Les similitudes entre la supposée réelle existence physique de jésus et les autres mythes sont nombreux, nés dans des grottes, d'une vierge mortelle, célébration du pain et du vin, baptême,mort et résurrection, miracles etc... Il faut remarquer qu'à l'époque de Jésus, les romains étaient réputés pour le soin avec lequel ils gardaient leur compte rendus de toutes leur activités, en particulier des poursuites judiciaires et malheureusement vous aurez beau faire des recherches historiques, vous ne retrouverez aucunes traces mentionnant le jugement et l'éxècution sous Ponce Pilate.
Ce fut pourtant dans l’histoire de l’humanité, une période où l’on écrivit beaucoup.

Voici la liste des écrivains païens du temps de Jésus ou de son siècle :

Arrien, Pétrone, Dion, Sénèque, Dion pruseus, Pline l’ainé, Appien, Juvénal, Théon de Smyrne, Martial, Plutarque, Apollonius, Pausanias, Valérius Flaccus, Florus Lucius, Quintilien, Favorinus, Lucain, Damis, Siluius Italicus, Aulu-Gelle, Statius, Columelle, Ptolémée, Dion Chrysotome, Hermogène, lisias, Valerius Maximus.

Leurs œuvres rempliraient une bibliothèque, mais aucuns d’eux ne fait référence à Jésus. Les seuls qui mentionnent quelque chose d’intéressant sont Pline, Suétone et Tacite, qui écrivent au commencement du deuxième siècle, cela ne choque personne évidemment. L'histoire écrite par les vainqueurs et là, par l'église catholique romaine (pour ne parler que d'elle), depuis ses débuts, a eut le temps pendant des siècles et des siècles de conditionner méthodiquement les esprits jusque dans les tréfonds de l'homme en nous faisant croire à une existence physique de Jésus, en prenant tout les récits au pied de la lettre, alors que ce sont des allégories (dieu ne dit pas il signifie), en effaçant toute idée de réincarnation auquel croyaient les premiers chrétiens et avant eux les païens et en biaisant, en occultant les enseignements qui furent enseignés depuis des millénaires en Egypte puis en Grèce.
Last edited by chambre de l'amenti on 25 December 2013, 14:06, edited 3 times in total.

User avatar
Chris B
Posts: 1094
Joined: 04 March 2013, 14:11

Re: Osiris, Dionysos, Jésus

Post by Chris B » 20 December 2013, 17:48

Bonjour, je te remercie pour ce post (et d'autres) présentant des éléments intéressants de notre histoire.
Je te sollicite pourtant pour une "mise en forme" de ton texte qui, plus aéré, attirerait davantage de lecteurs.
Je t'en remercie par avance. :)
"Donne et tu recevras, cherche et tu trouveras !"

User avatar
mekra
Posts: 65
Joined: 25 June 2013, 21:34

Re: Osiris, Dionysos, Jésus

Post by mekra » 20 December 2013, 19:09

bonjour,
sujet très intéressant, qui complémente (pour moi) celui ci :
http://www.larevelationdespyramides-lef ... f=39&t=321
merci

chambre de l'amenti
Posts: 19
Joined: 08 December 2013, 17:52

Re: Osiris, Dionysos, Jésus

Post by chambre de l'amenti » 20 December 2013, 20:02

Chris B wrote:Bonjour, je te remercie pour ce post (et d'autres) présentant des éléments intéressants de notre histoire.
Je te sollicite pourtant pour une "mise en forme" de ton texte qui, plus aéré, attirerait davantage de lecteurs.
Je t'en remercie par avance. :)
Oui navré pour la lourdeur surement un peu étouffante, la rédaction n'est pas mon fort surtout sur certains sujets qui m'envahissent, mais je ferai un effort d'aération. :)

chambre de l'amenti
Posts: 19
Joined: 08 December 2013, 17:52

Re: Osiris, Dionysos, Jésus

Post by chambre de l'amenti » 20 December 2013, 20:06

mekra wrote:bonjour,
sujet très intéressant, qui complémente (pour moi) celui ci :
http://www.larevelationdespyramides-lef ... f=39&t=321
merci
Bonjour,
Merci pour le lien, je n'avais pas encore vu celui-ci, je vais aller lire tout ce qui à été dit cela m'à l'air fort intéressant.

User avatar
Aïstronaute
Posts: 109
Joined: 19 March 2013, 17:47
Location: Starfleet Headquarters

Re: Osiris, Dionysos, Jésus

Post by Aïstronaute » 21 December 2013, 20:57

À ce propos, joyeux solstice d'hiver !

Image

[video]http://www.youtube.com/watch?v=oWHv-EZns_Q[/video]
Image

chambre de l'amenti
Posts: 19
Joined: 08 December 2013, 17:52

Re: Osiris, Dionysos, Jésus

Post by chambre de l'amenti » 22 December 2013, 00:36

Joyeux solctice d'hiver aussi ainsi qu'un joyeux et proche NOvo ELios

Yvoune
Posts: 321
Joined: 19 March 2013, 21:55

Re: Osiris, Dionysos, Jésus

Post by Yvoune » 27 December 2013, 19:04

"Hér(m)étistes!" :mrgreen:
Il est toujours utile d'ajouter peu de chose à peu de chose...(Hésiode)

chokino
Posts: 2
Joined: 13 February 2014, 17:34

Re: Osiris, Dionysos, Jésus

Post by chokino » 21 February 2014, 19:31

Bonjour,

Merci pour ce texte synthétique et agréable à lire (Je n'aurai pas eu le courage d'en écrire autant).
Pourriez-vous y glisser si possible vos sources (bibliographiques,etc...)? Cela serait très aimable.

Pour compléter votre texte, je vous conseille le livre " Le retour du Phénix" de Marthe de Chambrun Ruspoli, historienne des religions paléo-chrétiennes et égyptienne (qu'on trouve encore en bibliothèque ou sur internet à des prix exorbitants)
Elle y fait un parallèle saisissant entre la "Passion d'Osiris" et la "Passion du Christ" (l'archétype de la résurrection, le Dieu Ka / la croix, le dieu des épines Pkah / le casque d'osier épineux, le triple parjure contre Amon-Re d'Osiris et le "pourquoi m'as tu abandonné père " du Christ crucifié, le mythe d'Isis/ Marie).
Elle se réfère aux textes de la grande pyramide et ce travail de références directes, avec les traductions qui valent ce qu'elles valent, estompe peu à peu l'ambiguïté sur l'influence directe de la religion égyptienne sur le début du christianisme.

En somme elle fait état d'un syncrétisme à la limite du plagiat, mettant en exergue les similitudes (déformant d'une certaine manière le récit du Christ).

J'espère que ce livre vous intéressera.

Bonne continuation!

massma
Posts: 5
Joined: 17 October 2014, 17:51

Re: Osiris, Dionysos, Jésus

Post by massma » 17 October 2014, 18:19

On remet en question l'existence de Jésus juste parce que d'autre personnage "mythique" comme Krishna lui ressemble comme exactement, né d'une vierge, etc... Mais pourtant nous sommes tous créé selon un même modèle celui Adam, et nous sommes sous sa forme, la même espèce, c'est pareil pour des êtres comme Jésus, il s'agit d'une manifestation d'un principe divin qui évidemment c'est manifester à d'autre époque et selon les mêmes modalité, mais ça ne veut pas dire qu'il s'agit du même personnage et que Jésus n'a pas exister. On peut rien comprendre si on regarde les choses d'un point vu de matérialiste, les anciens n'étaient pas des attardés mentaux et avaient une science bien plus exacte que les pseudo science actuel, que même les anciens méprisés c'est pour ça qu'ils ne les ont pas développé.

Post Reply