Architecture du passé

Datation, taille, découpe, assemblage, transport
Tomtomb
Posts: 31
Joined: 20 June 2013, 14:20

Architecture du passé

Post by Tomtomb » 08 July 2013, 12:36

Bonjours à tous,

Est-ce que quelqu'un sait sur quel site se situe cette "sculpture" en pierre ?

Image


edit : a priori il s'agirais d'une des tombes de l'île d'Okinawa


Image
LYRE-SHAPED Okinawan tomb of the type that studded the hillsides of the island. Many of these tombs were converted into strongpoints by Japanese defenders.
primitive roads were for the most part impassable during prolonged wet weather. In the Naha-Shuri area the road net was augmented by approximately 30 miles of narrow-gauge railway. A trans-island line ran from Naha to Yonabaru by way of Kobakura and Kokuba, while branch lines linked Kobakura with Kadena and Kokuba with Itoman. In some places the track of this rail system was laid below the surface of the ground in cuts deep enough to conceal a man walking upright. (See Map 3)

Okinawa lies between 26° 03' and 26° 52' north latitude and 127° 41' and 128° 41' east longitude, and its climate is characterized by moderate temperatures throughout the year. Minimum temperatures are above 40°, with a mean maximum in July of 89°. Relative humidity, however, is high in all months, winter humidity averaging only 10% less than that prevailing in the summer.16 The year-round humidity is highest in the early morning hours and lowest in the early afternoon.

Annual precipitation is heavy and erratic, and a day's downpour frequently equals a month's average. In general, the heaviest rains occur from May through September. An average of almost two typhoons a month pass through the area in the season from May to November. For the remainder of the year the normal typhoon track lies well to the east of Okinawa.

In 1940 Okinawa had a population of nearly half a million. Within this community most of the higher officials, businessmen, and urban "white collar" class were main-island Japanese. The rural element, who formed the broad base of the social structure, comprised the bulk of the native populace.

On small farms, averaging little more than an acre and a half, the Okinawans cultivated three principal crops. Half the arable land produced sweet potatoes, the staple food of both men and animals. Second in acreage to the sweet potato, sugar cane constituted the principal commercial crop. Rice, the third of the group, was grown in the low alluvial coastal regions, but the yield fell far below local requirements.

Individually sheltered by stone walls or bamboo windbreaks, the small, thatched, clay farmhouses were customarily clustered in villages around an open market place. The size of these villages ranged from less than 100 to more than 1,000 inhabitants. The towns (Itoman and Nago) were substantially outsize villages with several modern business and government buildings. In the cities (Naha and Shuri) many of the public buildings were of stone or concrete construction, and the one-story wooden dwellings were surrounded by stone walls. Shuri had been the ancient capital of the Ryukyus and the citadel of its kings still stood on a high hill on its outskirts. Naha, with a population of more than 60,000, was the commercial and communications center of the Ryukyus, as well as the seat of the prefectural government.

The elected prefectural assembly acted as a gubernatorial advisory body, but the governor could accept or ignore as he saw fit any advice tendered. He could also disapprove any legislative act; and he answered for his actions only to the Home Minister, on whose recommendation he was appointed. Local assemblies also were elected in the cities, towns, and townships, the latter composed of groups of rural settlements. These local assemblies selected a mayor for towns and townships.
Il semblerais que l'architecture est proche de celle du site de Yonaguni...

Est-ce que quelqu'un à des articles concernant l'étude du site, sa datation,...



source : http://www.ibiblio.org/hyperwar/USMC/US ... 1.html#fn1

User avatar
Jcpo
Posts: 1229
Joined: 19 March 2013, 23:05
Location: 69

Re: Architecture du passé

Post by Jcpo » 08 July 2013, 23:47

Image
La critique est aisée mais l'art est difficile.
"Dieus ne samble pas a l'enfant qui s'apaie pour un baubel."

Tomtomb
Posts: 31
Joined: 20 June 2013, 14:20

Re: Architecture du passé

Post by Tomtomb » 09 July 2013, 09:38

Merci pour la doc, c'est très instructif.

Est-ce que des recherche ou des corrélation ont été faite en ce qui concerne les "tétines" (pour moi cela ressemble aux excroissances faites lors d'un moulage) que l'on aperçoit sur les pierres des différent monument?

Ex:
Image
Matchu Pitchu

Image
Cusco

User avatar
Jcpo
Posts: 1229
Joined: 19 March 2013, 23:05
Location: 69

Re: Architecture du passé

Post by Jcpo » 09 July 2013, 09:57

Une Bd dont je rajouterai le lien explique que c'est pour manipuler les blocs à l'aide de leviers accrochés à celle ci
Image
La critique est aisée mais l'art est difficile.
"Dieus ne samble pas a l'enfant qui s'apaie pour un baubel."

User avatar
Jcpo
Posts: 1229
Joined: 19 March 2013, 23:05
Location: 69

Re: Architecture du passé

Post by Jcpo » 18 July 2013, 22:04

Image
La critique est aisée mais l'art est difficile.
"Dieus ne samble pas a l'enfant qui s'apaie pour un baubel."

Yvoune
Posts: 321
Joined: 19 March 2013, 21:55

Re: Architecture du passé

Post by Yvoune » 19 July 2013, 03:44

Certains locaux racontent que ces 'bosses' sont des marqueurs que le soleil frappe en certaines occasions pour 'raconter une histoire'...cette idée me plaît plus, je l'avoue, que cette histoire de 'poignées' pour soulever les blocs...des blocs impeccablement taillés mais auxquels ont laisse de disgracieuses et inutiles bosses? Dans quel but, par fainéantise?

Jusqu'ici nous avons vu que chaque chose à sa nécessité, son utilité...je pense, humblement que ici aussi, nous avons quelque chose de l'ordre du volontaire!
Il est toujours utile d'ajouter peu de chose à peu de chose...(Hésiode)

Tomtomb
Posts: 31
Joined: 20 June 2013, 14:20

Re: Architecture du passé

Post by Tomtomb » 19 July 2013, 09:33

Si l'hypothèse des leviers est juste, alors pourquoi seul certaine pierre ont ses excroissances et pas toutes? Certaines pierres nécessitaient cette technique, logiquement les plus lourdes, hors ce ne sont pas les plus volumineuses (à priori aussi les plus lourdes) qui en sont doté !!

JcPo as-tu une source pour l'hypothèse des leviers?

Serait-il judicieux de répertorier les lieux où l'on observe ses excroissances (volontaire cela est irréfutable, que ce soit pour la manipulation des pierres ou pour autre chose) afin de savoir si cela est propre uniquement aux site sud-américain ou si l'on l'observe aussi sur d'autre continents?

User avatar
Jcpo
Posts: 1229
Joined: 19 March 2013, 23:05
Location: 69

Re: Architecture du passé

Post by Jcpo » 19 July 2013, 09:52

Y'en a de partout même en Europe... Maintenant aucune source juste un petit dessin don les égyptologues sont très friands :P

Et puis je me suis trompé parce que sur ces petits dessins on voit pas les excroissances en question ^^
Image
La critique est aisée mais l'art est difficile.
"Dieus ne samble pas a l'enfant qui s'apaie pour un baubel."

Tomtomb
Posts: 31
Joined: 20 June 2013, 14:20

Re: Architecture du passé

Post by Tomtomb » 19 July 2013, 10:10

Donc ont retrouve la même technique en Amérique du sud, Europe et Afrique du nord (Egypte), encore la fameuse théorie des castors et de leur barrage...

Après avoir regarder les petites bd que tu m'as linké, une chose m’interpelle, la consommation excessive du bois, hors en Egypte le bois est rare et ceux présent sont des bois tendre (peuplier, tamaris,...) donc les bâtisseurs ont du importer le bois pour leur fameux leviers. Maintenant en utilisant la technique expliquée dans cette bd (http://www.egypte-bd.com/0123-manu.htm) est-ce qu'il est réellement possible de l'appliquer avec du bois, soulevé un bloc de 2.5t grâce à un griffe de manutention.... la force exercé sur celle-ci me parait disproportionné... hormis les jolis dessins, une étude sur la résistance des matériaux (ou bien une démonstration a l'echelle) à t'elle été effectué ou bien ceci n'est que pure spéculation?

edit : effectivement sur la bd on nous dit que des encoches sont crée afin de pouvoir hisser les blocs les uns sur les autres à l'aide des griffes.

User avatar
Jcpo
Posts: 1229
Joined: 19 March 2013, 23:05
Location: 69

Re: Architecture du passé

Post by Jcpo » 19 July 2013, 12:08

Perso je pense que les bâtisseurs ont vécu dans un Égypte fertile. Ce n'est qu'a partir de -3000 ... -2000 ans que le climat s'est aridifié. Il faut donc revoir les berges du Nil et la géographie du plateau !

Dans ce docu vers
1h44 ils expliquent le climat de l’Égypte "ante-déluvienne"...

;)

Sinon pour les griffes (en pierre) c'est donc un bon moyen d'accroche pour fixer avec corde sans en faire faire le tour de la pierre et qu'elle s'use sur les arêtes :)
Maintenant je pense qu'avec un bon tronc tu peu faire levier ça doit se faire... Et après un coup de marteau burin pour faire sauter la griffe...

Image

Plus la partie a gauche du levier est petite plus la pierre infligera une force proche de son poids (une histoire de moment) après tu choisis un tronc a la dimension de la pierre ou plusieurs ficelés ensemble... Sur le dessin la RDM doit être limite ^^

Au fait les griffes sont en bas sur les structures :)
Image
La critique est aisée mais l'art est difficile.
"Dieus ne samble pas a l'enfant qui s'apaie pour un baubel."

Post Reply