Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

User avatar
Chris B
Posts: 1094
Joined: 04 March 2013, 14:11

Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

Post by Chris B » 19 March 2015, 21:25

Amalia, membre de notre forum, a suivi la formation d'égyptologue.
Dès son inscription, je lui ai demandé si elle accepterait de donner son avis sur le film LRDP.
Elle a accepté très gentiment. Je publie ci après son texte, tel qu'elle me l'a adressé, et vous invite à le lire avec attention. ;)

UNE EGYPTOLOGUE DONNE SON AVIS SUR LRDP

"L’un des responsables de ce forum m’a fait l’honneur de me demander ma réaction au documentaire La Révélation des Pyramides en ma qualité d’égyptologue. Je dois tout d’abord préciser une chose :
j’ai été formée à l’égyptologie mais n’ai jamais exercé ce métier, ayant fui le milieu universitaire pour conserver mon intégrité intellectuelle qui se refusait à se plier en quatre afin de rentrer dans les
cases qu’on voulait lui attribuer. Je ne peux donc prétendre au statut d’égyptologue sans paraître présomptueuse. Si vous désirez en savoir plus à mon sujet, je vous enjoins à vous reporter à ma
présentation dans la rubrique ad hoc. Cela étant posé, entrons dans le vif du sujet.

Du sérail


En parcourant le forum dont j’ai lu quelques articles, j’ai pris connaissance des réactions des contradicteurs ainsi que de celles de contradicteurs des contradicteurs. Je me suis interrompue assez
rapidement, jugeant qu’il était plus important de faire avancer le sujet plutôt que de savoir s’il avait légitimité ou non au regard de la science. Je voudrais néanmoins prendre ici la défense du plus grand
des contradicteurs, à savoir monsieur J.P. Adam, que l’on rencontre à plusieurs reprises dans le documentaire. J’ai pu constater que certaines personnes, dans le forum, n’hésitaient pas à l’attaquer
de manière personnelle. Or, pour l’avoir croisé à plusieurs reprises, dans les colloques d’égyptologie ou autres conférences, je sais que c’est un monsieur tout ce qu’il y a de plus courtois, gentil, avenant et, oserais-je le dire dans
cette humanité indifférenciée que l’on nous prépare, galant homme. Il est en outre doté d’un sens de l’humour qui ne gâche rien. Son seul défaut est de croire en son Institution et de la défendre. Je crois
pour ma part qu’il y a pire crime que la loyauté et que ce monsieur ne mérite pas le costume que certains lui taillent.
Je voudrais maintenant vous parler un peu de ce milieu universitaire auquel j’ai appartenu pendant quelques années avant de prendre conscience que là n’était pas ma place. Je n’attaquerai nullement
les personnes qui en font partie mais le système qu’elles servent et qui se révèle d’un fonctionnement tout aussi stalinien que le Kremlin d’hier (et d’aujourd’hui). Cela est d’ailleurs le fait
du système scolaire tout entier dans notre pays et en constitue la logique continuité, mais là n’est pas la question et aurait sa place sur un autre forum.
Lorsque nous faisons partie d’une université, et même si personne ne nous fait signer un contrat le couteau sous la gorge, nous devons travailler et surtout (et c’est plus grave) penser dans le sens de
ce que l’Université (1) a établi comme dogme. Dès que nous nous éloignons un tant soit peu de la ligne du Parti, nous sommes soit remis dans le droit chemin, soit mis à l’écart et plus aucun budget ne
nous est attribué, ce qui signifie la fin d’une carrière et le saccage d’un rêve. Même si l’on vous reconnaît par ailleurs de grandes qualités, votre manière de penser doit être en
adéquation avec celle de vos confrères et consœurs sous peine d’excommunication. La liberté de penser est, de ce fait, aussi restreinte dans une université qu’elle l’est dans le reste de la société,
quoi que les protestations indignées des bien-pensants puissent en dire ces derniers temps.

(1) J’utilise volontairement la majuscule pour distinguer l’Institution au niveau national du lieu d’enseignement.

On me rétorquera que j’ai sans doute bien des griefs personnels pour m’exprimer de la sorte, ce qui n’est nullement le cas puisque je n’ai pas moi-même vécu cette situation. Je n’ai fait que la constater
et ai quitté ce système avant de m’y sentir prisonnière. Je dois reconnaître en toute honnêteté que j’ai considéré comme un honneur d’être invitée à entrer dans le sérail.
Je ne sais comment cela se déroule aujourd’hui, mais à mon époque, qui n’est somme toute pas si lointaine, il vous fallait passer une sorte d’entretien d’embauche devant une brochette
d’égyptologues tous plus reconnus et titrés les uns que les autres. Ces derniers décidaient alors de votre accréditation ou non. Nombreux étaient ceux qui se faisaient reconduire et leurs pleurs en
quittant la salle n’étaient pas faits pour rassurer ceux qui attendaient leur tour devant la porte close !
Ce passage par le sérail m’a beaucoup appris (si ce n’est l’essentiel) sur la civilisation pharaonique et m’a permis d’avoir accès à tous les centres de recherche prestigieux parisiens. Malgré tout, il n’a
constitué qu’une étape sur le chemin de mes propres recherches. Je dois beaucoup à mes maîtres, car ils m’ont fait prendre conscience de la route que je ne voulais et ne devais pas emprunter. Je
n’étais pas faite pour suivre une ligne toute tracée. Ce que j’ai pu remarquer dans l’enseignement de l’égyptologie tel qu’il est délivré en France, c’est que l’on ne nous forme guère qu’à l’histoire,
à l’archéologie, à l’épigraphie et à l’étude des objets et des monuments. Pour ma part, j’ai dû passer un an à entrer « en douce » dans un cours d’archéométrie d’une autre université pour me former
aux différentes techniques physiques de datation. Et je me souviens du peu d’intérêt des étudiants, pourtant dûment inscrits à ce cours, pour cette discipline indispensable au métier d’archéologue.
Nous n’étions pas formés aux sciences dites « dures » et encore moins aux techniques artisanales (ce qui nous aurait pourtant permis de vérifier si les théories de fabrication des vases avancées étaient pertinentes).
De la même façon, je me glissais clandestinement dans les cours concernant l’archéologie de la même époque au Proche-Orient et en Europe, car il n’était pas prévu dans le cursus de relier les différents champs
de la connaissance archéologique entre eux. Tout était soigneusement cloisonné.

De la critique de la raison à l’état pur


La Recherche universitaire d’un pays reflète la mentalité de la société à laquelle elle appartient. Depuis la Révolution, nous avons élevé la Science au rang de nouvelle divinité et avons de ce fait
rejeté tout ce qui n’en émanait pas directement. Nous sommes aujourd’hui dans le grand règne du Rationnel. En dehors de la Raison, point de salut.
Toujours pendant la Révolution, un culte de la Raison fut organisé à des fins de déchristianisation (Petit Larousse). Il semble que ci celle-ci n’ait pas été entièrement menée à bien, celui-là se soit
installé définitivement. Il est d’ailleurs intéressant de consulter le Petit Larousse au mot « raison ». Nous y trouvons notamment comme définition : « ensemble des principes, des manières de penser permettant de bien
juger ». Il y a fort à parier que celui qui a suggéré cette définition était totalement acquis au culte cité ci-avant. Plus loin, nous lisons : « mettre quelqu’un à la raison : le ramener au bon sens par la
force ou par la persuasion ». Et encore : « se faire une raison : se résigner, accepter à contrecœur ». Je vous laisse méditer le sujet, mais cela ne donne guère envie de s’adonner à un tel culte !
Bref, j’aurais tendance à penser que la raison se fonde sur un pur mécanisme intellectuel basé sur le sensible, excluant de son domaine l’intuition, l’intelligence du coeur ou le simple bon sens qui, à eux
trois, forment l’entendement. Pour en revenir à la recherche universitaire, il faut rappeler que l’archéologie est une science relativement récente. Elle a vraiment commencé à se développer vers le milieu du XIXème siècle,
mais il a fallu encore quelques décennies avant que les archéologues cessent d’être des pilleurs de tombes et deviennent des scientifiques rigoureux. Fut-elle apparue deux ou trois siècles plus tôt que
son visage eut été très différent. En effet, elle a évolué en parallèle de la société, alors plongée dans la plus grande révolution industrielle de tous les temps. Dominée par la raison et la technologie, elle
est longtemps restée aveugle aux apports des sciences dites aujourd’hui « ésotériques ». Nous savons tous quel mépris est attaché à ce terme dans la pensée de la plupart des gens.
Il est symptomatique de voir que de nos jours, l’archéologie est à son tour touchée par une évolution des mentalités qui s’est développée à partir des mouvements New Age de ces quarante dernières
années. S’il y a parmi ceux-ci bien de la « charlatanerie », il n’en reste pas moins que certains domaines de la pensée désormais investis commencent à démontrer leur raison d’être et que même
la physique quantique de ces dernières années tend à affirmer que la science telle qu’elle est communément admise ne permet pas de tout expliquer.
Si les jeunes chercheurs se montrent plus ouverts à ces nouveaux courants de pensée, il est normal que la génération qui a été formée avant cette évolution de la mentalité s’accroche à ce qu’elle a
toujours connu. Mais les jeunes chercheurs doivent aussi apprendre à se passer de leurs ordinateurs et de leurs GPS pour penser par eux-mêmes et non selon des modèles pré-établis. Ils doivent tout
simplement veiller à savoir regarder avec leur entendement et non avec la froide raison de la machine, car la machine n’envisage jamais un problème de manière global. Elle compartimente et
suit une logique de processus, enchaînement ordonné de faits ou de phénomènes répondant à un certain schéma et aboutissant à un résultat déterminé. De ce fait, cela lui interdit la possibilité d’aller
voir ce qui se passe au-delà de son programme. C’est la mission qui incombe alors à l’homme car, en tant qu’être conscient supérieur à la machine, il doit en suppléer les défaillances.
Nous voyons tous les jours cette évolution de mentalité vers une société hyper-spécialisée où tout est compartimenté, à tel point que celui qui fabrique le boulon ne sait même plus que cela doit se
visser dans un écrou et que le tout sera fixé sur la bombe atomique qui ira détruire le pays voisin. Si l’on ramène cet exemple un peu extrême au domaine de l’archéologie, celui qui travaille sur le
contenu d’un vase n’étudie pas la manière dont le vase a été fabriqué, car cela relève d’un autre domaine de compétence et que les deux ont beaucoup de mal à se rapprocher. Les archéologues ont
longtemps rechigné avant de laisser entrer les physiciens et les chimistes dans leur jardin, il n’est donc pas étonnant qu’ils soient réticents à l’idée d’y faire pénétrer des pyramidiots !

De la dimension sacrée de la culture égyptienne


Hérodote disait des Egyptiens qu’ils étaient le peuple le plus religieux du monde connu. Je crois qu’il faut se rendre compte que les Grecs se sentaient aussi différents des Egyptiens que nous nous
sentons aujourd’hui différents des Lamas tibétains. Nous avons beau vivre à la même époque, notre fonctionnement intellectuel est diamétralement opposé. Il est d’ailleurs intéressant de constater que
lorsque nous recherchons « le sens de la vie », c’est souvent vers les sagesses orientales que nous nous tournons. Les Grecs faisaient de même en allant se former auprès des prêtres égyptiens. Il y a là
un lien qu’il ne serait sans doute pas vain d’approfondir. Nous considérons aujourd’hui la dimension sacrée de la culture égyptienne comme une composante parmi d’autres d’une civilisation.
Or nous ne pouvons vraiment comprendre l’Egypte que si nous prenons conscience que le sacré est au centre, à la base même de la société.
L’Egypte était une terre d’initiation et de mysticisme. Un savoir hermétique, qu’elle avait probablement hérité d’une civilisation plus ancienne, était transmis de génération en génération.
Seuls les plus méritants en devenaient les dépositaires. Lorsque nous regardons l’Egypte avec des yeux d’égyptologues modernes, malheureux héritiers des philosophes grecs, des Lumières
et de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, grande est la tentation de séparer le sacré du profane. C’est ainsi que nous envisagerons alors l’Egypte selon différents domaines :
il y aura l’Egypte politique, l’Egypte sacrée, l’Egypte du quotidien, etc. Chaque artefact qui sera découvert sur un chantier de fouilles sera attribué à l’un de ces domaines. Et s’il ne
rentre dans aucune de ces cases pré-établies, il sera relégué au rang d’ « objet cultuel ». Agatha Christie, qui était mariée à un archéologue travaillant sur les sites de Mésopotamie, se moque
gentiment de cette dernière catégorie dans son autobiographie, en disant qu’elle était bien pratique, puisque cela permettait de classer toutes les pièces qu’ils ne comprenaient pas et qui ne cadraient
pas avec l’image qu’ils s’étaient forgée de la civilisation du Proche-Orient. Cela revient à ne retenir que les artefacts qui cadrent avec notre théorie et à en écarter tout le reste.
C’est une caractéristique tout à fait humaine et bien compréhensible si l’on considère le travail qu’il y aurait à fournir si l’on devait tout reprendre à zéro et tout réétudier, mais il faut lutter contre ce
défaut humain, en particulier dans une démarche scientifique.
C’est ainsi que la plupart des objets incompris car ne cadrant pas avec la théorie sont relégués dans les réserves des musées ou dans les coins reculés et sombres des vitrines et ne sont pas connus de
bien des égyptologues. Il en est ainsi, dans le documentaire, du « vase à fleur de lotus », exposé au Musée du Caire et inconnu de l’une des conservatrices du Louvre. Je n’en avais moi non plus jamais
entendu parler, mais il me paraît certain, sauf à faire preuve d’une grande malhonnêteté intellectuelle, qu’il ne peut s’agir d’un vase. Moi qui ai de jeunes enfants, cela m’a plutôt fait penser à
une sorte de tricotin géant, mais en aucune façon à un vase !
Si nous arrivions à nous mettre dans la peau et dans la mentalité des anciens Egyptiens, nous saurions qu’au lieu de vouloir tout séparer, nous devrions tout lier. Nous ne pouvons séparer le sacré
du profane, car ce sont des notions qui étaient inconnues des Egyptiens. Pour eux, tout procédait du sacré. Il n’était pas question pour eux de politique, de vie quotidienne ou de culte mais de
manifestations de principes vitaux issus de l’Inconcevable, le Netjer Netjerou, que nous pourrions traduire par « le Principe des Principes ».

Du documentaire

Pour les courageux qui m’ont suivie jusque là, je vais maintenant livrer, de manière informelle, quelques réflexions qui me sont venues au fil du documentaire.

· Tout d’abord, j’ai trouvé que c’était un film très agréable à regarder, mené de manière différente que tant d’autres devant lesquels nos paupières s’alourdissent immanquablement au
bout de quelques minutes, la voix off monocorde n’y étant sans doute pas pour rien. Évidemment, il y a de la mise en scène, ce que certains n’ont pas manqué de reprocher, mais
n’est-ce pas indispensable à qui veut rendre un sujet quelque peu télégénique ?

· Raser une colline avant de construire la grande pyramide : nous n’entendons jamais parler de cela en cours, pas plus que du dallage. On nous parle du « plateau de Gizeh », un point c’est
tout, et nous enchaînons directement sur les pyramides.

· 900 km pour transporter les 130 dalles de granit de 12 à 70 tonnes chacune : dans un documentaire « officiel » sur la construction des pyramides, on émettait la théorie que les blocs
étaient transportés par bateau depuis Assouan jusqu’à Gizeh. Ma réflexion : sachant que le bois ne se trouvait pas en abondance en Egypte, même à cette époque où le pays était plus une
savane qu’un désert, nous pouvons imaginer des bateaux en roseaux (ou massettes) qui eux, ont toujours poussé en abondance. Je doute qu’un bateau constitué de roseaux puisse supporter
plus d’un ou de quelques blocs (pour les plus petits) de plusieurs tonnes en même temps, mais il faudrait essayer pour vérifier. Je vous laisse calculer le nombre de bateaux nécessaires au
transport de 2 millions de blocs. Le commentateur stipulait encore que les blocs taillés étaient amenés près du Nil, hissés sur les bateaux situés au niveau du sol dans le lit du fleuve au
moment de l’étiage et qu’on attendait tranquillement la crue en se croisant les orteils et en sifflotant sous nos chapeaux de paille (vous voyez qu’il y a un lien avec l’Amérique du Sud via les
sombreros). Sauf que sur la reconstitution par ordinateur qu’ils avaient faite de leur théorie, on ne voyait qu’un seul bateau portant un seul bloc. Soit ils avaient prévu de procéder à l’opération
bloc par bloc, ce qui veut dire 2 millions d’années de crue en croisant les doigts (pour changer) pour qu’il n’y ait pas d’année sans crue ou à la crue insuffisante pour venir mettre le bateau à
l’eau, soit ils avaient prévu de couvrir le lit du fleuve avec des centaines, voire des milliers de bateaux pour pouvoir tout faire en vingt ans. Là aussi, je vous laisse faire le calcul, mais même à
quelqu’un d’aussi peu à l’aise en calcul que moi, cela dépasse l’entendement.

· « Le reste de la planète se promène encore en peaux de bêtes » : là-dessus, permettez-moi de m’inscrire en faux (il fallait quand même un point avec lequel je ne serais pas d’accord). Au
moment où les pyramides de Gizeh sont construites, si l’on accepte la datation officielle, d’autres brillantes civilisations se sont développées un peu partout sur la planète. En revanche,
si l’on suppose qu’elles ont été construites par une humanité précédente, avant le début de l’Holocène, là, c’est tout à fait vrai. Mais de la manière dont c’était dit, cela portait à confusion.

· La forme des blocs : dans Le Temple dans l’Homme, Schwaller de Lubicz parle du dallage du temple de Louxor qui représente (selon lui) une tête humaine. Le dallage est donc traité comme
un langage symbolique. Faudrait-il voir cette intention dans les agencements de blocs des murs également ? Un simple souci d’esthétique n’est pas suffisant pour expliquer la symétrie de part
et d’autre des portes, et cela met à mal le souci d’économie. Pourquoi certains blocs sont-ils traités en bossage ? Alors, robustesse des murs ou langage symbolique ?

· L’île de Pâques : suis-je la seule à avoir remarqué qu’elle avait la forme d’une pyramide ? Elle a soi-disant été peuplée par des Polynésiens qui auraient franchi 4000 kilomètres en pirogue.
Nous pouvons imaginer qu’ils pêchaient au fur et à mesure de leurs besoins. Mais l’eau douce ? On ne franchit pas une telle distance en 10 jours, même en souquant ferme ! Cela impliquait
d’embarquer une certaine quantité d’eau, d’autant que le soleil cogne sous de telles latitudes et qu’on se déshydrate très vite (sauf s’ils étaient sponsorisés par l’inventeur de la casquette). Et
partir sans savoir si on va trouver quelque chose au bout implique d’embarquer deux fois plus d’eau pour le voyage de retour. Quelle chance d’être tombé justement sur la seule petite île à
des milliers de kilomètres à la ronde dans l’océan le plus vaste de la planète. Le hasard fait bien les choses…

· Lorsque j’ai vu les mains des figures humaines gravées sur les piliers du temple de Göbekli Tepe, en Turquie, j’ai tout de suite pensé à celles des Moaïs.

· « l’Homo sapiens est le même sur toute la planète : à un même problème, il va trouver une solution de même qualité » (J.P. Adam) : cela me paraît peu probable car même si Homo sapiens
est le même partout, chaque « tribu », « peuple », « culture » ou qu’on l’appelle comme on veut, vit dans un environnement différent de celui de son voisin (plantes, animaux, minerais,
paysages différents). Chacun de ces peuples se forge donc une culture locale, différenciée de celle de son voisin. Les solutions aux problèmes rencontrées seront par conséquent différentes
car inféodées à la fois à des systèmes de pensée différents et à des environnements différents. Dans cette optique, on peut imaginer qu’une seule culture a fait tous ces sites et que des erreurs
de datation ont été commises sur certains sites, voire sur tous, étant donné qu’on ne date pas la date d’une construction mais seulement celle des restes organiques trouvés autour et qui
peuvent très bien appartenir à un réemploi du site à une date ultérieure.

· Pourquoi ces « excroissances » (sortes de petites bosses) constatées sur certains murs ? Comme on prend manifestement un grand soin dans la taille des blocs, ces excroissances sont
volontaires. Que signifient-elles ?

· « les sites les plus énigmatiques de la planète ne sont pas étudiés comme ils le devraient » : ce sont des sites qui, dès qu’on les étudie, nous obligent par eux-mêmes à sortir des sentiers
balisés par l’archéologie officielle. Comme on ne peut pas leur appliquer les processus de pensée scientifique traditionnelle, ils dérangent et on ne les étudie simplement pas ou de
manière superficielle (en s’en tenant au sensible). Cela nous forcerait à réaliser et à reconnaître que le système de pensée traditionnellement admis dans la science est insuffisant pour
expliquer l’existence de tels sites. Cela remettrait en cause la raison d’être de tellement de scientifiques qu’on préfère tout simplement écarter ces sites et s’en tenir à des raisonnements
plus rassurants.

· Une théorie a été élaborée très tôt sur le pourquoi et le comment des pyramides. Comme aucune autre ne s’y est opposée avec force, c’est celle qui a été admise puis répétée pendant
des dizaines d’années jusqu’à aujourd’hui. « Plus le mensonge est gros, plus il passe. Plus souvent il est répété, plus les gens le croient » (Joseph Goebbels, chef de la propagande
d’Hitler). Ici, il n’est pas question de mensonge, seulement d’une théorie qui est devenue un dogme, comme la théorie de l’évolution. Je vois déjà certains réagir : « ah ! encore une
créationniste, je comprends mieux ! ». Pas du tout. Je ne suis ni créationniste ni évolutionniste puisque je ne sais pas avec certitude ce qui s’est passé et je défie quiconque de me démontrer
que lui, il le sait. Que l’on soit de l’un ou de l’autre camp, on ne peut avoir que des croyances. Cela est de l’ordre de la foi, non du savoir. Je préfère m’asseoir entre les deux, même si c’est
une position éminemment inconfortable, car on est attaqué par les deux parties en même temps. Mais c’est ce qui me garantit ma liberté de penser. Je m’en tiens aux faits : on ne sait
pas. Rien ne nous prouve que nous ayons été créés, rien ne nous prouve le contraire. Rien ne nous prouve que nous ayons évolué à partir d’un ancêtre commun avec les grands singes, rien
ne nous prouve qu’Homo sapiens soit apparu comme une génération spontanée. C’est la seule vraie démarche scientifique : toujours remettre en cause, toujours remettre son ouvrage sur le
métier.

· Je laisserai les réflexions mathématiques de côté car je ne suis pas de taille à rivaliser avec les auteurs du documentaire. Mais il est probable que les Egyptiens en connaissaient plus que ce
qu’on veut bien leur attribuer avec condescendance.

· Le savoir hermétique : ce savoir se serait transmis à travers les siècles, nous dit le documentaire, et cela paraît incroyable. Cela demeure incompréhensible pour notre époque de grand
déballage, mais il faut garder à l’esprit que jusqu’à très récemment, seule une infime proportion de la population mondiale savait lire. Parmi ceux-ci, une encore plus infime proportion était
jugée apte à recevoir cette connaissance. Immanquablement, ce savoir a fini par passer entre les mains d’une ou de plusieurs personnes dont on s’était trompé concernant leurs aptitudes et qui
ont dévoyé cette connaissance pour la mettre à leur propre profit plutôt qu’à celui de l’humanité. La caste des marchands a pris le pas sur la caste des prêtres détenteurs de telles connaissances.

· Les cathédrales : elles reprennent des connaissances mathématiques que l’on trouve dans les pyramides. Dès le XIIème siècle, les Croisés ont ramené ces connaissances en Europe, se
constituant peut-être pour cela en Ordre du Temple (on pense au Temple de Jérusalem, mais il s’agit peut-être du Temple égyptien ou de ce que Schwaller appelle le temple dans l’homme et
qui est d’un tout autre niveau). Pendant deux siècles, on a vu les cathédrales couvrir le sol de l’Europe. Nous savons qui, aujourd’hui, via les Templiers, a hérité de ce savoir, sans plus y voir la
dimension spirituelle originelle mais en en retirant seulement ce qui leur permet d’asseoir leur pouvoir (je ne citerai aucune société secrète pour ne pas avoir de problèmes mais tout le monde
m’aura comprise). La question qui reste est : qui est à l’origine de ce savoir ?

· Ieoh Ming Pei, architecte de la pyramide du Louvre, affirme avec un aplomb déconcertant que pour la concevoir, il n’a jamais utilisé les mathématiques. Voilà une de mes croyances qui
s’effondre. On fait tout au pifomètre, dans le bâtiment ? Bigre, je ne suis pas près de monter au troisième étage de la Tour Eiffel, si c’est le cas !

· Pourquoi l’informateur (il se reconnaîtra) distille-t-il les informations au compte-gouttes : car la personne en face (il se reconnaîtra aussi) doit être prête à recevoir chaque information. S’il
balançait tout d’un coup, on aurait un réflexe de recul (et c’est bien ce qui se passe avec certaines personnes face au documentaire). Mais en amenant peu à peu la personne à la prise
de conscience, elle finira par faire le lien d’elle-même entre les informations. J’ai fait ce travail moi-même, sans que quelqu’un ne me guide (mais sommes-nous vraiment seuls ?). C’est un
long cheminement intellectuel qui implique de se débarrasser de ses vieilles croyances et de se montrer nu face à ce qui nous est révélé (c’est un peu biblique, mais bon…) pour en
appréhender les implications véritables. C’est vrai que ça peut énerver notre société d’impatients, mais c’est indispensable pour que la révélation ne soit pas incomprise ou mal
comprise. Les cultures orientales comprennent cela beaucoup mieux que nous qui voulons tout et tout de suite, sans nous soucier des conséquences.

· Sur le cycle astronomique de précession des équinoxes : est-il possible de la calculer alors que notre univers est en expansion ? Les distances entre les corps célestes changent
perpétuellement. Les quatre étoiles citées (Aldébaran, Régulus, Antarès et Fomalhaut) conservent-elles toujours les mêmes distances entre elles malgré l’expansion de l’univers ? A voir.

Voilà ces quelques réflexions que je vous livre, merci à ceux qui m’ont suivie jusqu’au bout et merci
encore à Chris B. de m’avoir donné l’opportunité de m’exprimer sur un sujet qui me tient tant à
coeur."
"Donne et tu recevras, cherche et tu trouveras !"

User avatar
theophil
Posts: 434
Joined: 17 June 2013, 20:30

Re: Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

Post by theophil » 19 March 2015, 22:42

Un grand merci pour votre réponse et pour nous faire partager votre parcours.
Je partage pleinement votre vue sur notre civilisation (est ce encore une civilisation ?) actuelle.

Une question qui me vient suite à la lecture de votre témoignage personnelle :
Avez vous croisé des égyptologues / archéologues ... dans le milieu universitaire qui ont
un avis plus ouvert ?
(sans toutefois le clamer sur tout les toits !)

bramapoutre
Posts: 1206
Joined: 05 June 2013, 01:05

Re: Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

Post by bramapoutre » 23 March 2015, 14:13

Quand une etudiante anticipe et comprend ce qu'un certain nombre d'historiens,d'archéologues et d'anthropologues ont subit et rapporté.Sans commentaire.Sauf peut-être qu'on pourrait pour continuer à faire oeuvre utile prolonger et compléter ce sujet en le dediant à ces gens dont l'experience et le temoignage renferment plus d'un enseignement.

Il va sans dire que globalement notre Univers repose sur un equilibre subtile entre Expansion et Gravité,or l'Expansion n'a de relative incidence et n'est d'ailleurs signifiée qu'à partir de 3,26 Mal,alors que les etoiles des constellations du Zodiaque se situent "seulement" entre des dizaines et des centaines d'al. De plus la variation des distances interstellaires par fluctuations gravitationnelles concernent des echelles d'espace et de temps suffisamment considérables pour être négligées par rapport au temps historique,et même archéo anthropologique,et ces echelles d'espace et de temps sont encore plus considérable tant qu'aux effets probables de l'Expansion.
On peut dire qu'une constellation est une fraction de galaxie,la galaxie fraction d'un groupe local,le groupe local fraction d'un amas,l'amas fraction d'un superamas,le superamas fraction de l'Univers.A chacune des ces divisions correspond une echelle de temps et d'espace sans commune mesure avec la nôtre,de sorte que les variations apparentes de positions stellaires sont celles qu'on observe au cours d'une nuit,d'une année,d'une ére precessionnelle ou d'un cycle tout entier,mais extrapoler plus loin en la matière n'a de sens que par rapports à des millions voir des milliards d'années.
Tous mes post datent du temps où ce forum se nommait LRDP,c'est à dire avant qu'il ne fut associé à un portail commercial et rebaptisé LSDA puis Cultures Ancestrales.

Amalia
Posts: 10
Joined: 26 February 2015, 19:47

Re: Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

Post by Amalia » 24 March 2015, 12:54

Réponse à Théophil :
Je n'ai jamais rencontré d'archéologue qui sorte des sentiers battus, mais je ne les ai pas tous rencontrés et j'espère qu'il en existe. Néanmoins, je doute qu'ils puissent le crier sur les toits, comme vous le dites. Je ne jette cependant pas la pierre à ceux qui restent "sur les rails". En effet, on nous enseigne dès notre plus jeune âge à nous soumettre à une autorité arbitraire (l'école), non pas parce qu'elle œuvre pour le Bien de l'Humanité, mais simplement parce qu'elle représente l'instrument du pouvoir en place (quel qu'il soit, je n'ai aucun parti pris politique) afin de modeler les esprits selon l'usage qu'il pourra en faire : lors de sa mise en place à grande échelle dans les années 1880 pour aller reprendre l'Alsace et la Lorraine en créant de parfaits petits patriotes qui sont partis la fleur au fusil en 1914 ; de nos jours, en faire des producteurs-consommateurs, de préférence dépressifs et cancéreux pour accroître les gains des lobbys pharmaceutiques... Voilà pourquoi je n'envoie pas mes enfants à l'école, qu'ils parlent de rendre obligatoire dès l'âge de deux ans. Ils feraient mieux de directement s'inspirer d'Huxley et de programmer l'être humain dès son incubation, ce serait plus efficace.
Il m'a fallu environ 40 ans pour défaire, telle Pénélope, le canevas qu'on avait patiemment construit pour moi, et ce n'est pas chose aisée. La brebis éprouve toujours quelque crainte lorsqu'elle s'éloigne du troupeau, les loups rôdent...
Tout cela pour dire que je comprends tout à fait ceux qui restent dans "le droit chemin". Le formatage pèse lourd sur nos vies et il est plus rassurant de continuer à penser comme ses pairs afin de ne pas être rejeté. L'humain a la faiblesse d'avoir l'instinct grégaire.
Beaucoup d'archéologues ont la réputation d'avoir mauvais caractère : serait-ce dû à une frustration intellectuelle qui les mènerait à la limite de la schizophrénie ? :lol:

Réponse à Bramapoutre :
Un intervenant sur le Facebook de monsieur Grimault, qui m'a fait l'honneur de publier mon modeste avis sur LRDP, a décrit le même phénomène que vous et cela m'éclaire quelque peu sur la question, moi qui suis plus que novice en matière d'astronomie. Le vertige me prend devant tout ce à quoi je dois encore me former. Je crains qu'une vie n'y suffise pas. Je serai donc étudiante à vie, c'est irrémédiable. Mais ne serait-ce pas pour cette raison que la vie m'a été accordée ?

bramapoutre
Posts: 1206
Joined: 05 June 2013, 01:05

Re: Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

Post by bramapoutre » 24 March 2015, 17:46

"...Je serai donc etudiante à vie,c'est irrémédiable.Mais ne serait-ce pas pour cette raison que la vie m'a été accordé?"

Ce que vous dites là est à mon avis transposable à n'importe qui.Pardonnez-moi mais c'est justement ce que j'espérais à peu prés vous entendre dire,et je me suis pas trompé,j'ai perçu à travers votre texte de l'intelligence,de la lucidité,et beaucoup d'élégance,soyez en remerciée. Nous sommes absolument tous des etudiants,la vie est une expérience,decouvrir en est l'essence.

Tromper la confiance des gens est une infamie,les manipuler est un crime.Mais alors que faisons-nous de tous ces instituts publiques et privées qui sans relâche y travaillent? Ne sont-ils pas d'horribles fripons?
En corrélant sur une base statistiques les données de la Biologie,de la Psychologie et de la Sociologie,on elabore une Ethologie probabiliste.Cela merite bien un centre d'etude et d'analyse,et même plusieurs,ce qui est bien le cas puisque c'est de plus une activité economique et donc ouvert à la concurrence.
Nous plait-il d'être à ce point prévisibles? Ou alors ignorons-nous qu'on peut prévoir,et donc provoquer nos comportements? De quoi sommes-nous présentement et en partie le produit? Quelle est dont cette part restante?

Ne pas jeter la pierre? Voilà bien la meilleurs des ordonnances,et au moins la moitié du reméde.
Cordialement.

"L'ignorance n'est pas un defaut de l'esprit,ni le savoir la preuve du génie." JJ Rousseau.
Tous mes post datent du temps où ce forum se nommait LRDP,c'est à dire avant qu'il ne fut associé à un portail commercial et rebaptisé LSDA puis Cultures Ancestrales.

Amalia
Posts: 10
Joined: 26 February 2015, 19:47

Re: Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

Post by Amalia » 24 March 2015, 18:44

[quote="bramapoutre"]"...Je serai donc etudiante à vie,c'est irrémédiable.Mais ne serait-ce pas pour cette raison que la vie m'a été accordé?"

:D Je ris car ma phrase initiale était : "Mais ne serait-ce pas pour cette raison que la vie nous a été accordée ?"
Puis je me suis corrigée, ne voulant pas parler pour tout le monde et sachant bien que pour la plupart des personnes, l'apprentissage s'arrête en même temps que l'école et que le reste de la vie n'est qu'agitation...

Marcus
Posts: 22
Joined: 10 February 2014, 00:04

Re: Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

Post by Marcus » 25 March 2015, 14:49

Pour me faire l'avocat du diable, je dirais qu'il ne faut pas non plus jeter la pierre à toutes les "petites mains" ni même à tous les grands "pontes" de l'archéologie officielle sans qui nous serions bien en peine de comprendre notre passé !
Je pense que c'est leur rigueur nécessaire à une science relativement jeune qu'ils n'ont jamais su ou pu remettre en cause, d'où la grande utilité d'un site tel que celui-ci qui permet une remise en cause des dogmes établis sans crainte d'un retour de bâton professionnel.
Peu importe les erreurs ou les dérives car il en restera toujours un immense champs de réflexion !

Merci à vous d’exister !

Amalia
Posts: 10
Joined: 26 February 2015, 19:47

Re: Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

Post by Amalia » 26 March 2015, 08:48

Les archéologues ont effectivement accompli un colossal labeur d'excavation. Grâce à eux (j'en ai fait partie, avec ma truelle et mon pinceau), nous avons découvert que des civilisations ont précédé la nôtre. Mais nous avons un peu trop tendance à penser l'histoire de manière linéaire et nous nous sommes persuadés que notre monde "moderne" est le plus "évolué" que la Terre ait jamais porté. Or le progrès technologique va rarement de paire avec le progrès humain s'il n'est pas accompagné des plus hautes valeurs morales.
Les archéologues ne doivent plus se contenter d'être les fossoyeurs du passé en le regardant avec notre mentalité matérialiste "moderne". Ils doivent contribuer à faire prendre conscience à l'humanité de son glorieux passé et, par là, de la responsabilité qui lui incombe de se préserver elle-même de toute dégénérescence (ce n'est pas gagné...)

bramapoutre
Posts: 1206
Joined: 05 June 2013, 01:05

Re: Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

Post by bramapoutre » 26 March 2015, 15:17

Il est toujours touchant d'assister à une telle probité.Bonne chance Amalia!

J'en profite pour retranscrire le temoignage de Will Hart,un journaliste d'investigation scientifique
"L'establishment tend à rejeter,à supprimer ou à ignorer les informations qui remettent en questions les théories reçues,tout en discreditant ou en persecutant le messager.La science moderne est devenue un labyrinthe de filtres dressés pour promouvoir certaines théories orthodoxes,et pour eliminer les données préjugées inacceptables.Les preuve et la qualité ne sont plus les principes directeurs,la conformité et les références au sein de la communauté etablie ont remplacé l'objectivité,l'accessibilité et l'ouverture.

Il est vrai que ça fait peur,on a du mal à comprendre,alors feu Richard Thomson,un mathématicien archéologue,enfonce le clou.
"On appel cela le filtrage des connaissances.C'est une caractéristique fondamentale de la science et même de la nature humaine.L'Homme a tendance à mettre de côté ce qui ne cadre pas,les personnes ayant fait des etudes scientifiques n'en entendent généralement pas parler,c'est une auto censure qui se fait de façon spontanée au sein de la communauté scientifique"

Vous voyez même s'ils ne sont pas nombreux Amalia n'est heureusement pas seule,leur combat est juste,tôt ou tard il donnera son fruit puisqu'il le porte déjà.


"Au cours des 150 dernières années les archéologues et anthropologues ont caché autant de fait qu'ils n'en n'ont mis à jour." Michael Crémo
Tous mes post datent du temps où ce forum se nommait LRDP,c'est à dire avant qu'il ne fut associé à un portail commercial et rebaptisé LSDA puis Cultures Ancestrales.

Amalia
Posts: 10
Joined: 26 February 2015, 19:47

Re: Une Egyptologue donne son avis sur LRDP

Post by Amalia » 26 March 2015, 15:37

Effectivement, les auteurs dont vous parlez ont co-écrit un livre : L'histoire secrète de l'Espèce Humaine", réédité chez Hadès en 2013.
Ils vont très, très loin, et j'avoue que je ne suis peut-ˆetre pas encore prˆete à les suivre jusque là. Il me reste encore quelques séquelles :lol:

A lire juste après celui-là, Le Quellec, "Des martiens au Sahara". Un scientifique de l'Intelligentsia, un vrai de vrai... ;)

Post Reply